Déjeuner à la Fromathèque

La Fromathèque
Route du Grand-Saint-Bernard 28
1921 Martigny-Combe

*****

La malbouffe, ce n’est pas le genre de la famille ! D’abord, parce que nous aimons manger, ensuite parce que nous aimons découvrir de nouvelles adresses gourmandes mettant en valeur les produits frais et du terroir.

Un soir que nous quittions le chantier du chalet, mon Frangin m’a proposé de nous arrêter à la Fromathèque à Martigny, le temple des meilleurs produits artisanaux du canton du Valais, réputé pour son pain de seigle aux noix, sa viande séchée et son lard sec, ses abricots et ses asperged, ses fromages de montagne, ses eaux de vie (Williamine et Abricotine Morand) et ses vins rouges et blancs : Cornalin, Fendant, Humagne, Syrah, Salvagnin entre mille autres délicatesses !

Le bar était plein ce samedi mais nous avons réussi à trouver une table sans trop de difficulté. Contrairement à la carte des vins, la carte des mets est petite mais les propositions sont parfaites ! Nous avons commandé trois planchettes qui nous ont été apportées sur un plateau unique : fromage (brebis bio et alpage Au-de-Morge) et viande séchée, tartare de viande séchée que les Français appellent viande des Grisons sans que je sache pourquoi, et Pâtéro en croûte, soit du pâté de chasse. Tout était excellent et j’ai adoré les petits pots contenant le vinaigre d’abricot pour relever le tartare ainsi que le confit d’oignon rouge pour accompagner le pâté. Quant aux pains, le pain de seigle du Valais est mon préféré depuis toujours, surtout quand il est découpé comme ici en très fines tranches.

IMG_E1679
Les petits pots de condiments sont tellement mignons qu’on aurait presque envie de repartir avec ! Tout est dans le détail.
IMG_E1870
Le meilleur du terroir valaisan présenté sur un plateau en ardoise dans un cadre contemporain. J’adhère totalement !
IMG_E1871
Limonades Opalin gingembre et framboise fabriquées à Orsières, VS.

J’ai trouvé cette adresse tellement sympa que je n’ai pas résisté longtemps à y retourner avec mes copines Andreia, Maryline et Gwendy pour déguster les mêmes planchettes complétées cette fois-ci avec du chèvre chaud sur toast et de la bière de Vollèges (Morentze et Tourbillon). Quant au dessert, il n’y en a malheureusement pas à la Fromathèque à part de la glace disponible au magasin (non, Andreia, la meringue et la crème double ne sont pas valaisannes mais fribourgeoises ;o)) mais qu’à cela ne tienne, la serveuse fort aimable nous a apporté une soucoupe avec un peu de chocolat, un geste qui a été très apprécié !

IMG_E1868IMG_E1869

Comment repartir de la Fromathèque les mains vides ? C’est une mission impossible ! La dernière fois, je suis rentrée avec un morceau de fromage de brebis lauréat du prix du meilleur fromage suisse dans sa catégorie en 2016 fabriqué sur place, une saucisse à l’ail et un pot de confiture pomme-poire dans mon sac Gucci.

Inutile de vous dire que la Fromathèque est devenu un passage obligé pour moi chaque fois que je « monte » au chalet et que notre cellier en construction sera rempli de toutes ces merveilles du terroir valaisan ! Nos invités vont être contents, je vous dis ;o)

Déjeuner à la Fromathèque

Planifier la semaine 5

Il n’y a pas eu de planification pour la semaine 4 car j’étais malade et au fond du lit. Je ne suis pas encore tout à fait remise mais suffisamment en forme pour travailler et faire quelques sorties comme samedi passé où je suis allée à la Fromathèque à Martigny avec les copines de la Dream Team et au Royal Savoy le soir avec ma copine Madame pour fêter Noël (sic).

Mes rendez-vous :

  • Hormis le déjeuner avec ma tante que j’ai repoussé, je n’ai aucun rendez-vous cette semaine. Cela me fera du bien de me reposer un peu.
  • Trouver une date en février avec le Frangin pour notre fête de Noël (sic). Depuis que papa et maman ne sont plus là, Noël est devenu n’importe quoi :o(

Mes plans cocooning :

  • Manger une crêpe vendredi, Chandeleur oblige.
  • A la TV, Top Chef reprend du service mercredi sur M6, je me réjouis !
  • Si je me sens en forme dimanche prochain, j’aimerais voir Downsizing, Belle et Sébastien 3 (? je me tâte), La douleur, Le crime de l’Orient-Express ou The greatest showman au cinéma.
  • Je vais parcourir les offres des musées et des théâtres de la région pour me concocter un programme culturel digne de ce nom en 2018.
moneybox-unicorn
Tirelire licorne rose (c) Pylones. Cette tirelire existe aussi en bleu et en blanc.

Mes achats :

  • Toujours rien à signaler en ce début d’année. Pas de soldes, pas de craquage, rien ! La seule boutique que j’ai faite est Pylones à Lausanne où j’ai acheté les cadeaux de Noël pour ma copine Madame : une tirelire licorne rose, une veilleuse licorne, un couvercle de mug rose avec un petit chat noir assis et un tire-bouchon en forme de chat noir.
  • J’ai besoin de remplacer ma potion de beauté absolu Oi/Oil Davines pour les cheveux à l’huile de roucou que j’ai terminée ainsi que la pile de mon chronographe Tag Heuer.

Mes tâches domestiques :

  • Compter les flacons à épices ainsi que les bocaux et récipients en verre à acheter pour le garde-manger.
  • Laver la laine en mérinos beige et faire des pelotes que je donnerai à ma tante qui cherche désespérément de la laine à tricoter.
  • Couper les griffes d’Izzi.
  • Régler quelques tâches administratives au fur et à mesure que je les reçois.
  • Chercher une recette de cuisine à préparer et noter les ingrédients. J’essaie de cuisiner au moins une fois par semaine.
  • Amener mon cabas Saint-Louis Goyard au pressing. Je n’ai aucune idée si les pressings nettoient les sacs à main mais je n’ai pas d’autre adresse où l’amener ?

Mes tâches pour le chalet :

  • Arrêter le choix et dresser la liste finale du matériel à acheter : 4 portes intérieures, 1 baignoire, 2 douches, 2 WC, 2 meubles de salle de bain avec 2 lavabos, robinets et carrelages pour le niveau inférieur et l’étage.
  • Monter au chalet avec du scotch carrossier pour me rendre compte de l’espace occupé par une cuisine en U ou une cuisine en L. Vérifier le rendu du crépi du niveau inférieur.
  • Choisir une cuisine et visiter le(s) showroom(s) pour choisir les revêtements et les finitions. Passer commande auprès du cuisiniste retenu.
  • Faire une « séance shopping » avec le maître d’œuvre et aller chez Ecopierre à Vernayaz.
  • Me mettre d’accord avec le Frangin sur la liste et le budget du mobilier pour le chalet.
Planifier la semaine 5

Me nourrir du 8 au 14 janvier 2018

Continuons avec mon alimentation anarchique. Je rappelle que je suis l’avis de mon médecin généraliste spécialisé en nutrition qui m’a dit que je peux faire ce que je veux du moment que je suis en bonne santé, que je n’ai pas de problème de poids et que rien ne m’oblige à faire trois repas par jour si je n’ai pas faim. Nous sommes tous différents ! Personnellement, je préfère avoir l’avis d’un professionnel de la santé plutôt que de suivre des régimes farfelus recommandés par des magazines ou par des stars des réseaux sociaux.

IMG_E1712.JPG
Le risotto de la Croix d’Ouchy est le meilleur de toute la ville de Lausanne !

Lundi 8 : comme un lundi…

  • Déjeuner au restaurant La Croix d’Ouchy avec ma collègue Samuelle : une salade verte et un risotto au citron et aux gambas que je mange distraitement trop occupée à discuter.

IMG_E1700_edited.jpg

Mardi 9 : je suis fière d’avoir préparé la veille tous les légumes d’hiver que j’avais dans mon réfrigérateur. J’ai une tonne de coleslaw préparée avec deux carottes et un demi-chou blanc, de la salade de fenouil et radis, des champignons de Paris à la crème et une salade de betterave que maman appelait de la carotte rouge.

  • Petit-déjeuner : une orange.
  • Déjeuner au bureau : un bocal Weck avec du coleslaw, de la salade de fenouil et radis, des champignons, de la betterave et un quart de blanc de poulet.
  • Dîner à la maison : un bol de coleslaw et de salade de fenouil et trois mini Toblerone. Je déchante un peu avec mon « meal prep » de légumes crus pas faciles à mâcher… J’ai l’impression d’être un ruminant et me dis que la tendance crudivore n’est pas pour moi !

IMG_E1711_edited.jpgISJO0037.JPG

Mercredi 10 : j’ai eu ma dose de crudités pour la semaine.

  • Déjeuner au bureau : un délice au beurre de la boulangerie Montchoisi Gourmand. Le délice au beurre, spécialité suisse de pain au goût de Bretzel, est ma madeleine de Proust. Chaque fois que maman nous emmenait en ville, nous avions droit à un goûter dans un salon de thé et elle commandait toujours un délice au beurre ou un chou à la crème pour elle. Maintenant, quand j’en mange, je pense à elle.
  • Dîner à la maison : un pot-au-feu traditionnel avec une sauce gribiche. Un plat d’hiver chaud et réconfortant, miam. Je suis contente d’avoir tenu tête à Lui pour préparer une sauce gribiche au lieu d’opter pour la facilité avec la moutarde habituelle car elle accompagne à merveille la viande et les légumes bouillis en apportant de l’acidité, de l’onctuosité et de la texture. A refaire.
IMG_E1822
Campari orange.
IMG_E1820_edited
Pressé de foie gras de canard aux lentilles vertes, jus tranché aux pommes et confit d’oignons rouges. Le pain était toasté à la perfection !
IMG_E1731_edited
Noisette de pintade aux champignons des bois, crémeux de maïs au pesto de pistache et condiment de lard paysan et févettes. On reconnaît la patte d’un grand Chef à la cuisson et à l’assaisonnement : ni trop ni trop peu !
IMG_E1816_edited
Tatin aux pommes confites, crème glacée à la vanille de bourbon et caramel à l’huile d’olive. J’ai changé le dessert du menu original qui était une tartelette d’agrumes et crème de kumquats confits par cette tarte tatin. Les tartes aux pommes sont mes péchés mignons.

Jeudi 11 : découverte du restaurant Le Rossignol. Je suis ravie !

Le Rossignol
Avenue du Léman 36
1005 Lausanne

*****

  • Déjeuner au bureau : deux oranges et une petite poignée de fruits secs.
  • Dîner au restaurant Le Rossignol avec Lui, Lobo et Céline où j’ai choisi le menu du marché. Ce petit restaurant est topissime, la cuisine méditerranéenne du Chef Willy Rossignol, ex du Lausanne Palace et du Mirador Kempinsky entre autres, est succulente et le service assuré par sa compagne Mara, une femme absolument adorable au doux accent d’Italie, est fantastique ! J’ai beaucoup aimé quand Mara a demandé à Céline si elle souhaitait emporter le reste de sa « Pasta fatta in casa aux artichauts, tomates, datterino confites, olives taggiasca et chèvre frais » dans un doggy bag, une proposition plutôt inhabituelle en Suisse mais qui devrait être généralisée pour éviter le gaspillage alimentaire. Nous retournerons avec grand plaisir au Rossignol car tout était parfait !

Vendredi 12 : comblée par mon délicieux dîner de la veille, je ne mange rien de la journée.

  • Dîner à la maison : un demi bacalhau na broa (sorte de sandwich chaud composé de pain de maïs fourré avec du poisson et un oeuf) avec un peu d’épinards et deux petites pommes de terre. Lui étant portugais, nous mangeons souvent portugais à la maison.

IMG_E1761_edited.jpg

Samedi 13 : nous invitons nos amis Carlomarie à dîner à la maison.

  • Petit-déjeuner à la maison : un cacao, 5 dl de jus d’oranges pressées et un peu de mascarpone gorgonzola.
  • Dîner de fête à la maison : un Spritz, une poignée de noix et quelques chips nature, une tranche de pâté en croûte aux morilles, une assiette de cataplana de marisco, soit une marmite de fruits de mer que Lui a agrémentée avec de la langouste, typique de la cuisine de l’Algarve et une part de gâteau Japonais de la confiserie Wuthrich à Lausanne.

Dimanche 14 : je pique une crise le soir pour rien avec le Polonais et vais bouder dans ma chambre. Pas bien :o( Lui est fâché car ce n’est pas comme ça qu’on reçoit des amis.

  • Petit-déjeuner à la maison : la dernière tranche du gâteau Japonais de la veille et 5dl de jus d’orange pressée.
  • Dîner à la maison : une poignée de chips nature et 2-3 bouchées de carne de porco à l’Alentejana, une spécialité du Sud du Portugal, avant que je parte bouder :o(

Résumé de la semaine 2 :

  • J’ai été deux fois au restaurant.
  • J’ai cuisiné un coleslaw, une sauce gribiche et plusieurs légumes d’hiver.
  • J’ai intégré quelques oranges ;o)
  • Ma consommation d’alcool s’est limitée à un Campari orange et un Spritz en apéritif.
  • Nous avons fait le tour des spécialités culinaires portugaises cette semaine ;o)
  • Me disputer avec quelqu’un me coupe l’appétit. Je ne suis pas que zen, douceur et amour et peux faire preuve d’un sale caractère :o(
  • Marie a trouvé que je mangeais moins que d’habitude. A vrai dire, j’ai cessé de faire le boa (grosse prise alimentaire en une fois puis plus rien) et mon estomac s’est rétréci.
Me nourrir du 8 au 14 janvier 2018

Planifier la semaine 3

Je ne sais pas si c’est très utile de planifier ma 3ème semaine de l’année un mercredi mais pourquoi pas ? Cela permet de faire le bilan des choses que j’ai faites et de réfléchir à celles qui me restent à faire.

Mes rendez-vous :

  • Un déjeuner avec ma tante pour fêter son anniversaire qui était le 22 décembre… Presque un mois plus tard, c’est de mieux en mieux, hum.
  • Un anniversaire à Zürich avec la famille de Lui.
  • Une manucure chez Jessica d’Ongle Attitude à Lausanne. Comme pour le salon de coiffure Red Room, une fois que j’ai trouvé une bonne adresse, je n’en change pas. Bien entendu, je pourrais laisser mes ongles et mes cheveux au naturel mais j’apprécie la touche de sophistication et de glamour qu’apportent une belle coupe de cheveux et des mains soignées. Puis, c’est minimaliste de se débarrasser de son kit de manucure (limes à ongles, vernis, base coat, top coat, dissolvant, etc.), non ? ;o)
  • Un déjeuner avec une collègue dans un restaurant de sushis.
  • Une formation digitale avec petit-déjeuner.
  • Un apéritif organisé par une agence de voyage avec des billets d’avion à gagner.

Mes plans cocooning :

  • Je n’ai pas vu un film mais deux au cinéma dimanche passé : Ferdinand, moins réussi que Rio et Ice Age, mais si ça peut sensibiliser les gens à supprimer les corridas, je suis pour, et Star Wars no 8, 9, euh… 10 (?), bref le dernier Star Wars qui m’a amusée plus d’une fois avec certaines scènes assez ridicules comme la Princesse Leia qui vole dans l’espace telle Super(wo)man, Kylo Ren qui ressemble plus à un ado grave révolté avec sa moue boudeuse, ses cheveux ébouriffés et sa balafre qui ne sert à rien (si les robots peuvent reconstruire une main, ils peuvent effacer une cicatrice sans problème, non ?) qu’au grand méchant Boss de fin de niveau qu’était son grand-papa. Une bonne fessée et tout devrait rentrer dans l’ordre. Je ne pense toutefois pas aller au cinéma cette semaine (c) photos : Internet.
  • La présentation des agriculteurs de l’Amour est dans le Pré a commencé sur M6, youpi ! J’attends également Top Chef avec beaucoup d’impatience.
  • Quant à Outlander, je préfère regarder la série que lire les romans. J’aimerais retrouver le plaisir de la lecture mais j’ai perdu la faculté de m’immerger dans un livre, vous savez, quand vous vous retenez de lire trop vite pour retarder la fin d’une histoire passionnante.
  • Dimanche, je prendrais le temps de me faire un spa maison avec un gommage du corps et du visage, le journal du dimanche et une grande tasse de Chai latte préparé avec du thé Mariage Frères et une cuillère à soupe de crème double de la Gruyère, une spécialité suisse avec 50 % de matière grasse bien meilleure que la clotted cream !

Mes achats :

  • Zéro achat cette semaine. Je ne suis toujours pas allée chercher les articles listés dans la semaine 1 et 2 à part la crème hydratante. Quant à la grande théière en verre, la petite planche à découper et le kit anti-cernes de Bobbi Brown, l’envie m’en est passée comme quoi cela vaut la peine d’attendre un peu pour savoir si ce sont de réels « besoins » ou de simples lubies passagères.
NZFE8078_edited
Je me suis amusée à plier les grandes serviettes en tissu de maman pour nos invités. J’ai d’abord réalisé une fleur de lys que Lui a comparée à un « pénis » ;o) avant de faire des mitres du pape plus consensuelles.
IMG_E1754_edited
Izzi se couche toujours sur cette chaise et pas une autre alors qu’elles se ressemblent toutes.

Mes tâches domestiques :

  • Recycler le papier et les bouteilles en verre et en PET.
  • Payer deux factures en retard.
  • Envoyer une confirmation de paiement à DHL.
  • Trouver une recette pour utiliser les deux poires qui restent dans la corbeille à fruits : des poires au chocolat ? ;o)
turn_skantherm_feuerhaus_koeln
Turn par Schweiger & Viererbl (c) Skantherm Fireworks.

Mes tâches pour le chalet :

  • Dresser une liste avec tous les nos de référence retenus pour les objets sanitaires, les portes du rez et des matériaux pour l’intérieur du chalet.
  • Planifier un rendez-vous avec le maître d’œuvre pour discuter de la peinture/crépi et pour nous mettre d’accord sur la commande du matériel et des fournitures.
  • Attendre une deuxième proposition d’agencement de cuisine d’un second cuisiniste, l’offre du premier cuisiniste ne m’ayant pas plu du tout.
  • Attendre une offre pour le poêle à bois Turn des designers allemands Schweiger & Viererbl pour Skantherm Fireworks.
  • Prendre congé pour choisir une paroi intérieure en pierre naturelle chez Ecopiedra à Vernayaz, fermé le samedi.
Planifier la semaine 3

Me nourrir du 1er au 7 janvier 2018

Comme je vous l’expliquais dans mon article Planifier la semaine 1, j’ai décidé de consacrer mon attention sur la nourriture en janvier et vais vous montrer comment je m’alimente ce mois-ci. Dans vos commentaires, j’ai relevé que « la nourriture était devenue compliquée » pour Musme ou que Fleurt « avait craqué sur la bûche de Noël » (miam, bûche de Noël :oP), comme quoi, le sujet n’est pas évident.

Pour commencer, je tiens à préciser que je suis omnivore, que je ne suis pas malade (je tolère très bien le gluten et le lactose), que je ne suis aucun régime ni de règles diététiques particulières et surtout que je ne suis pas un exemple à suivre ! Je mange de tout quand j’ai faim et ne mange pas quand je n’ai pas faim, c’est aussi simple que ça (cela fait trois jours par exemple que ma nouvelle collègue me propose du chocolat que je refuse gentiment parce que cela ne me dit rien). J’aime éprouver la sensation d’un estomac vide. Je mange également ce qui me fait envie, quand j’en ai envie et dans les proportions que j’ai envie. Je peux très bien avaler de la soupe de poisson au petit-déjeuner et me préparer des tartines de confiture avec une tasse de chocolat le soir. J’attache aussi de l’importance à la présentation des plats, à l’esthétique de la vaisselle ainsi qu’à la qualité des produits frais même si je peux avoir de la pâte à tartiner (Nutella ;o)) ou des yaourts de supermarché à la maison. En revanche, vous ne trouverez pas de plats surgelés tout préparés dans le congélateur : Picard et Cie, ce n’est pas pour moi, j’ai goûté mais n’ai pas aimé.

Mon mot d’ordre est de prendre du plaisir et d’éviter toute culpabilité. Si je me suis goinfrée la veille, je ne mange pas ou peu le lendemain et attends que la sensation de faim et l’envie de manger reviennent. Quant à l’aspect social, il m’arrive parfois de regarder Lui dîner seul à table tout en restant avec lui pour discuter et cela m’est égal de savoir si c’est bien ou mal. L’important pour moi est de m’écouter en toute circonstance.

IMG_1707 (2)_edited.jpg
Le plateau et la vaisselle dessinée par le designer néerlandais Marcel Wanders est une vraie réussite ! J’adore le mélange des lignes contemporaines avec les motifs hollandais.

Lundi 1 : Je viens de me réveiller à bord du Boeing 747 de KLM en classe affaire et suis à moitié dans les vapes.

  • Petit-déjeuner : un demi-bol de granola et yaourt nature, la moitié de la petite assiette de fromage (piqué l’abricot sec de Lui), un ramequin de fruits frais, une orange pressée et une infusion à la menthe Dilmah en regardant le film Dalida qui a connu une vie bien triste : solitude, amours déçues, suicide alors qu’elle avait tout pour elle, la beauté, le talent, la gloire et la richesse.
  • Dîner à la maison : une grande salade de la pizzeria Dieci (pas de magasins ouverts le 1er janvier) à moitié endormie à cause du décalage horaire.
Processed with VSCO with j2 preset
J’utilise ma vaisselle en porcelaine Vista Alegre même pour une tartine. C’est une manière de me respecter et de respecter la nourriture en prenant conscience de ce que je fais et ce que je mange.

Mardi 2 : Jour de congé, je n’ai pas faim et ce n’est pas grave.

  • Petit-déjeuner à la maison : un bol de cacao rapporté de La Anita Ranch au Costa Rica et un demi-pain au lait avec du beurre et du Cenovis, pâte à tartiner suisse à base de levure de bière (pas sexy du tout ;o)).
  • Dîner à la maison : le reste du demi-pain au lait avec du beurre et du Cenovis pas sexy.

Mercredi 3 : Première journée de travail, me lever le matin est pénible en raison du décalage horaire. Quand il est 9h en Suisse, il est 2h du matin au Costa Rica.

  • Déjeuner au restaurant avec ma tante : un petit bol de soupe aux légumes, 2 brochettes de poulet sauce thaï, salade verte et deux fourchettes de riz basmati. Laissé le reste du riz dans l’assiette.
  • Dîner à la maison : un peu de peau croustillante du demi-poulet rôti acheté par Lui et un cacao chaud. Je mange vraiment n’importe quoi ! ;o)
IMG_E1634
Ervilhas com ovo escalfado. Avec quelques petits pois surgelés, Lui a réussi à faire un repas chaud, simple, économique et délicieux.

Jeudi 4 : Je constate que je prends rarement des petits-déjeuners quand je travaille.

  • Déjeuner au bureau : un demi-bocal Weck contenant de la salade verte, un quart du blanc du poulet rôti effiloché de Lui et une demi-patate douce grillée à l’ail.
  • Apéritif au bureau : une poignée de tortilla chips au citron et au sel rapporté du Costa Rica pour mes collègues, une poignée de cacahuètes au curry, un carré de chocolat Ragusa, un verre de mousseux Mauler du canton de Neuchâtel, un verre de Sprite avec de la Becherovka (liqueur tchèque reçue au travail) et une orange. De l’alcool, des cacahuètes et des chips, aucun intérêt nutritionnel mais ça fait du bien au moral.
  • Dîner à la maison : un bol de ervilhas com ovo escalfado, un plat familial portugais avec des petits pois, du chouriço et un œuf mollet que l’on casse dans la préparation juste avant de passer à table. J’aime tout particulièrement la texture de l’oeuf mollet avec son jaune coulant dans la sauce quand on le perce.
  • Snack devant The Last Kingdom à la TV : 2 yaourts Perle de lait à la noix de coco.

Vendredi 5 : Je suis contrariée car j’ai de la peine à me mettre dans le bain au bureau. L’impression que tout me passe au-dessus de la tête.

  • Apéritif au bureau : un verre de Becherovka Coca-Cola. On tente des mélanges improbables avec la Becherovka dont le goût rappelle le Jägermeister, autant c’était bien avec du Sprite, autant ce n’est pas terrible avec du Coca. Je décide d’arrêter de boire de l’alcool cette semaine.
  • Déjeuner au restaurant avec ma nouvelle collègue pour ne pas la laisser seule le premier jour de son travail : une salade au chèvre chaud. Mangé la moitié de la salade car il y en avait beaucoup et laissé de côté le pain toasté sous le fromage de chèvre.
  • Dîner à la maison : 2 bols de ervilhas com 2 ovos escalfados.

Samedi 6 : Super occupée toute la journée avec mon rendez-vous au salon Red Room pour une couleur et un brushing le matin, puis visite du chantier du chalet en Valais et après-midi consacré à regarder du matériel de construction avec mon Frangin et le maître d’œuvre. Pas de repas jusqu’au soir, pas le temps, même si Danijela, patronne du salon Red Room me propose une pomme du marché que je refuse sur le moment.

  • Dîner à la Fromathèque à Martigny avec mon Frangin : un établissement génial qui mérite que je lui consacre un article ! Nous nous partageons des produits du terroir valaisan, un tartare de bœuf et un pâté en croûte avec de la limonade locale.
Processed with VSCO with j2 preset
Je ne me suis pas gavée de bûche de Noël (il n’y en avait pas au Costa Rica) mais me suis bien rattrapée avec la galette des rois ! Le côté positif, c’est que je n’en ai plus envie pour cette année ;o)

Dimanche 7 : Lendemain d’Epiphanie, je veux ma galette des rois ! Une journée à manger du gâteau qui « n’est pas de la nourriture » d’après Lui.

  • Petit-déjeuner, déjeuner et dîner : une galette des rois à la frangipane de la confiserie Da Sousa. Lui a mangé une petite tranche et j’ai englouti le reste. Bien entendu, c’est moi qui ai trouvé la fève et qui ai été couronnée reine ;o) La pâte feuilletée était parfaite mais il manquait de la frangipane à mon avis.
  • Goûter : un millefeuille de la confiserie Da Sousa. En trop mais comme Lui l’avait acheté et qu’il serait moins bon le lendemain, je me suis dévouée ;o)

Résumé de la semaine 1 :

  • Je saute régulièrement les petits-déjeuners quand je travaille.
  • J’ai été trois fois au restaurant où je ne finis pas systématiquement ce que l’on me sert.
  • Il m’arrive de ne faire qu’un repas par jour.
  • Manger est le dernier de mes soucis quand je suis occupée.
  • Mes repas sont rarement équilibrés. Je ne respecte pas la formule « un féculent, une protéine et un légume » que maman observait avec beaucoup de rigueur.
  • Je peux me nourrir exclusivement de gâteau ou d’un petit pain au lait pour tout repas de la journée.
  • Je mange souvent des demi-portions.
  • A part le gâteau du dimanche, je ne mange presque jamais de dessert.
  • Je ne me relève pas la nuit pour vider le frigo.
  • Où sont les fruits ?
Me nourrir du 1er au 7 janvier 2018