Me nourrir du 1er au 7 janvier 2018

Comme je vous l’expliquais dans mon article Planifier la semaine 1, j’ai décidé de consacrer mon attention sur la nourriture en janvier et vais vous montrer comment je m’alimente ce mois-ci. Dans vos commentaires, j’ai relevé que « la nourriture était devenue compliquée » pour Musme ou que Fleurt « avait craqué sur la bûche de Noël » (miam, bûche de Noël :oP), comme quoi, le sujet n’est pas évident.

Pour commencer, je tiens à préciser que je suis omnivore, que je ne suis pas malade (je tolère très bien le gluten et le lactose), que je ne suis aucun régime ni de règles diététiques particulières et surtout que je ne suis pas un exemple à suivre ! Je mange de tout quand j’ai faim et ne mange pas quand je n’ai pas faim, c’est aussi simple que ça (cela fait trois jours par exemple que ma nouvelle collègue me propose du chocolat que je refuse gentiment parce que cela ne me dit rien). J’aime éprouver la sensation d’un estomac vide. Je mange également ce qui me fait envie, quand j’en ai envie et dans les proportions que j’ai envie. Je peux très bien avaler de la soupe de poisson au petit-déjeuner et me préparer des tartines de confiture avec une tasse de chocolat le soir. J’attache aussi de l’importance à la présentation des plats, à l’esthétique de la vaisselle ainsi qu’à la qualité des produits frais même si je peux avoir de la pâte à tartiner (Nutella ;o)) ou des yaourts de supermarché à la maison. En revanche, vous ne trouverez pas de plats surgelés tout préparés dans le congélateur : Picard et Cie, ce n’est pas pour moi, j’ai goûté mais n’ai pas aimé.

Mon mot d’ordre est de prendre du plaisir et d’éviter toute culpabilité. Si je me suis goinfrée la veille, je ne mange pas ou peu le lendemain et attends que la sensation de faim et l’envie de manger reviennent. Quant à l’aspect social, il m’arrive parfois de regarder Lui dîner seul à table tout en restant avec lui pour discuter et cela m’est égal de savoir si c’est bien ou mal. L’important pour moi est de m’écouter en toute circonstance.

IMG_1707 (2)_edited.jpg
Le plateau et la vaisselle dessinée par le designer néerlandais Marcel Wanders est une vraie réussite ! J’adore le mélange des lignes contemporaines avec les motifs hollandais.

Lundi 1 : Je viens de me réveiller à bord du Boeing 747 de KLM en classe affaire et suis à moitié dans les vapes.

  • Petit-déjeuner : un demi-bol de granola et yaourt nature, la moitié de la petite assiette de fromage (piqué l’abricot sec de Lui), un ramequin de fruits frais, une orange pressée et une infusion à la menthe Dilmah en regardant le film Dalida qui a connu une vie bien triste : solitude, amours déçues, suicide alors qu’elle avait tout pour elle, la beauté, le talent, la gloire et la richesse.
  • Dîner à la maison : une grande salade de la pizzeria Dieci (pas de magasins ouverts le 1er janvier) à moitié endormie à cause du décalage horaire.
Processed with VSCO with j2 preset
J’utilise ma vaisselle en porcelaine Vista Alegre même pour une tartine. C’est une manière de me respecter et de respecter la nourriture en prenant conscience de ce que je fais et ce que je mange.

Mardi 2 : Jour de congé, je n’ai pas faim et ce n’est pas grave.

  • Petit-déjeuner à la maison : un bol de cacao rapporté de La Anita Ranch au Costa Rica et un demi-pain au lait avec du beurre et du Cenovis, pâte à tartiner suisse à base de levure de bière (pas sexy du tout ;o)).
  • Dîner à la maison : le reste du demi-pain au lait avec du beurre et du Cenovis pas sexy.

Mercredi 3 : Première journée de travail, me lever le matin est pénible en raison du décalage horaire. Quand il est 9h en Suisse, il est 2h du matin au Costa Rica.

  • Déjeuner au restaurant avec ma tante : un petit bol de soupe aux légumes, 2 brochettes de poulet sauce thaï, salade verte et deux fourchettes de riz basmati. Laissé le reste du riz dans l’assiette.
  • Dîner à la maison : un peu de peau croustillante du demi-poulet rôti acheté par Lui et un cacao chaud. Je mange vraiment n’importe quoi ! ;o)
IMG_E1634
Ervilhas com ovo escalfado. Avec quelques petits pois surgelés, Lui a réussi à faire un repas chaud, simple, économique et délicieux.

Jeudi 4 : Je constate que je prends rarement des petits-déjeuners quand je travaille.

  • Déjeuner au bureau : un demi-bocal Weck contenant de la salade verte, un quart du blanc du poulet rôti effiloché de Lui et une demi-patate douce grillée à l’ail.
  • Apéritif au bureau : une poignée de tortilla chips au citron et au sel rapporté du Costa Rica pour mes collègues, une poignée de cacahuètes au curry, un carré de chocolat Ragusa, un verre de mousseux Mauler du canton de Neuchâtel, un verre de Sprite avec de la Becherovka (liqueur tchèque reçue au travail) et une orange. De l’alcool, des cacahuètes et des chips, aucun intérêt nutritionnel mais ça fait du bien au moral.
  • Dîner à la maison : un bol de ervilhas com ovo escalfado, un plat familial portugais avec des petits pois, du chouriço et un œuf mollet que l’on casse dans la préparation juste avant de passer à table. J’aime tout particulièrement la texture de l’oeuf mollet avec son jaune coulant dans la sauce quand on le perce.
  • Snack devant The Last Kingdom à la TV : 2 yaourts Perle de lait à la noix de coco.

Vendredi 5 : Je suis contrariée car j’ai de la peine à me mettre dans le bain au bureau. L’impression que tout me passe au-dessus de la tête.

  • Apéritif au bureau : un verre de Becherovka Coca-Cola. On tente des mélanges improbables avec la Becherovka dont le goût rappelle le Jägermeister, autant c’était bien avec du Sprite, autant ce n’est pas terrible avec du Coca. Je décide d’arrêter de boire de l’alcool cette semaine.
  • Déjeuner au restaurant avec ma nouvelle collègue pour ne pas la laisser seule le premier jour de son travail : une salade au chèvre chaud. Mangé la moitié de la salade car il y en avait beaucoup et laissé de côté le pain toasté sous le fromage de chèvre.
  • Dîner à la maison : 2 bols de ervilhas com 2 ovos escalfados.

Samedi 6 : Super occupée toute la journée avec mon rendez-vous au salon Red Room pour une couleur et un brushing le matin, puis visite du chantier du chalet en Valais et après-midi consacré à regarder du matériel de construction avec mon Frangin et le maître d’œuvre. Pas de repas jusqu’au soir, pas le temps, même si Danijela, patronne du salon Red Room me propose une pomme du marché que je refuse sur le moment.

  • Dîner à la Fromathèque à Martigny avec mon Frangin : un établissement génial qui mérite que je lui consacre un article ! Nous nous partageons des produits du terroir valaisan, un tartare de bœuf et un pâté en croûte avec de la limonade locale.
Processed with VSCO with j2 preset
Je ne me suis pas gavée de bûche de Noël (il n’y en avait pas au Costa Rica) mais me suis bien rattrapée avec la galette des rois ! Le côté positif, c’est que je n’en ai plus envie pour cette année ;o)

Dimanche 7 : Lendemain d’Epiphanie, je veux ma galette des rois ! Une journée à manger du gâteau qui « n’est pas de la nourriture » d’après Lui.

  • Petit-déjeuner, déjeuner et dîner : une galette des rois à la frangipane de la confiserie Da Sousa. Lui a mangé une petite tranche et j’ai englouti le reste. Bien entendu, c’est moi qui ai trouvé la fève et qui ai été couronnée reine ;o) La pâte feuilletée était parfaite mais il manquait de la frangipane à mon avis.
  • Goûter : un millefeuille de la confiserie Da Sousa. En trop mais comme Lui l’avait acheté et qu’il serait moins bon le lendemain, je me suis dévouée ;o)

Résumé de la semaine 1 :

  • Je saute régulièrement les petits-déjeuners quand je travaille.
  • J’ai été trois fois au restaurant où je ne finis pas systématiquement ce que l’on me sert.
  • Il m’arrive de ne faire qu’un repas par jour.
  • Manger est le dernier de mes soucis quand je suis occupée.
  • Mes repas sont rarement équilibrés. Je ne respecte pas la formule « un féculent, une protéine et un légume » que maman observait avec beaucoup de rigueur.
  • Je peux me nourrir exclusivement de gâteau ou d’un petit pain au lait pour tout repas de la journée.
  • Je mange souvent des demi-portions.
  • A part le gâteau du dimanche, je ne mange presque jamais de dessert.
  • Je ne me relève pas la nuit pour vider le frigo.
  • Où sont les fruits ?
Me nourrir du 1er au 7 janvier 2018

3 réflexions sur “Me nourrir du 1er au 7 janvier 2018

  1. Fleurt dit :

    Halala une vraie catastrophe ton alimentation! Non, je plaisante, la liberté c’est ce qu’il y a de mieux. De mon côté, je dois faire à dîner pour 6 tous les soir et prévoir des snacks pour le déjeuner de mes enfants tous les jours: or ils ont toujours faim. Je saute très souvent le petit dej. Aujourd’hui pour moi ce sera pamplemousse et tartine à l’avocat et au citron ce midi. Cet après-midi je préparerai pour ce soir un grand chili con carne avec les haricots noirs et la viande du Vermont que j’ai par la ferme. Demain c’est dîner aux Nutella pour les enfants car nous irons écouter de la musique! Tu sauras tout 😉

  2. Comme tu manges peu ! Je remarque que tu ne prends pas de dessert quand tu vas au restaurant, ce qui me parait impossible. Je vais tous les samedis au restaurant avec mon père (il a de gros problèmes avec la nourriture, nostalgie d’une certaine cuisine, c’est très compliqué) et je prends chaque fois un dessert.

    Je tente ce mois-ci de manger un fruit à chaque repas. J’en suis au deuxième jour mais impossible de petit-déjeuner avec un fruit. Je n’ai plus un rapport sain avec la nourriture. Me nourrir est devenu une corvée. Je vais essayer de me fixer de petits objectifs à court terme pour reprendre une alimentation plus équilibrée.

  3. Anne M dit :

    Mon rythme alimentaire ressemble assez au tien, rien de bien défini, ni structuré, je mange si j’ai faim et je peux commencer par du fromage et finir mon repas par l’entrée ! Je mange peu de viande, de féculents et de fruits et pas de plats préparés.
    Comme toi, si je suis très occupée, j’oublie de m’alimenter car je n’ai pas faim mais je ne saute jamais le petit déjeuner qui est mon moment préféré 🙂
    J’apprécie les repas simples préparés avec des ingrédients de qualité et j’utilise au quotidien ma plus belle vaisselle !
    Je me dis parfois que je devrais manger de façon plus équilibrée mais cela m’apporte plus de stress que de plaisir alors pourquoi changer…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s