Me nourrir du 8 au 14 janvier 2018

Continuons avec mon alimentation anarchique. Je rappelle que je suis l’avis de mon médecin généraliste spécialisé en nutrition qui m’a dit que je peux faire ce que je veux du moment que je suis en bonne santé, que je n’ai pas de problème de poids et que rien ne m’oblige à faire trois repas par jour si je n’ai pas faim. Nous sommes tous différents ! Personnellement, je préfère avoir l’avis d’un professionnel de la santé plutôt que de suivre des régimes farfelus recommandés par des magazines ou par des stars des réseaux sociaux.

IMG_E1712.JPG
Le risotto de la Croix d’Ouchy est le meilleur de toute la ville de Lausanne !

Lundi 8 : comme un lundi…

  • Déjeuner au restaurant La Croix d’Ouchy avec ma collègue Samuelle : une salade verte et un risotto au citron et aux gambas que je mange distraitement trop occupée à discuter.

IMG_E1700_edited.jpg

Mardi 9 : je suis fière d’avoir préparé la veille tous les légumes d’hiver que j’avais dans mon réfrigérateur. J’ai une tonne de coleslaw préparée avec deux carottes et un demi-chou blanc, de la salade de fenouil et radis, des champignons de Paris à la crème et une salade de betterave que maman appelait de la carotte rouge.

  • Petit-déjeuner : une orange.
  • Déjeuner au bureau : un bocal Weck avec du coleslaw, de la salade de fenouil et radis, des champignons, de la betterave et un quart de blanc de poulet.
  • Dîner à la maison : un bol de coleslaw et de salade de fenouil et trois mini Toblerone. Je déchante un peu avec mon « meal prep » de légumes crus pas faciles à mâcher… J’ai l’impression d’être un ruminant et me dis que la tendance crudivore n’est pas pour moi !

IMG_E1711_edited.jpgISJO0037.JPG

Mercredi 10 : j’ai eu ma dose de crudités pour la semaine.

  • Déjeuner au bureau : un délice au beurre de la boulangerie Montchoisi Gourmand. Le délice au beurre, spécialité suisse de pain au goût de Bretzel, est ma madeleine de Proust. Chaque fois que maman nous emmenait en ville, nous avions droit à un goûter dans un salon de thé et elle commandait toujours un délice au beurre ou un chou à la crème pour elle. Maintenant, quand j’en mange, je pense à elle.
  • Dîner à la maison : un pot-au-feu traditionnel avec une sauce gribiche. Un plat d’hiver chaud et réconfortant, miam. Je suis contente d’avoir tenu tête à Lui pour préparer une sauce gribiche au lieu d’opter pour la facilité avec la moutarde habituelle car elle accompagne à merveille la viande et les légumes bouillis en apportant de l’acidité, de l’onctuosité et de la texture. A refaire.
IMG_E1822
Campari orange.
IMG_E1820_edited
Pressé de foie gras de canard aux lentilles vertes, jus tranché aux pommes et confit d’oignons rouges. Le pain était toasté à la perfection !
IMG_E1731_edited
Noisette de pintade aux champignons des bois, crémeux de maïs au pesto de pistache et condiment de lard paysan et févettes. On reconnaît la patte d’un grand Chef à la cuisson et à l’assaisonnement : ni trop ni trop peu !
IMG_E1816_edited
Tatin aux pommes confites, crème glacée à la vanille de bourbon et caramel à l’huile d’olive. J’ai changé le dessert du menu original qui était une tartelette d’agrumes et crème de kumquats confits par cette tarte tatin. Les tartes aux pommes sont mes péchés mignons.

Jeudi 11 : découverte du restaurant Le Rossignol. Je suis ravie !

Le Rossignol
Avenue du Léman 36
1005 Lausanne

*****

  • Déjeuner au bureau : deux oranges et une petite poignée de fruits secs.
  • Dîner au restaurant Le Rossignol avec Lui, Lobo et Céline où j’ai choisi le menu du marché. Ce petit restaurant est topissime, la cuisine méditerranéenne du Chef Willy Rossignol, ex du Lausanne Palace et du Mirador Kempinsky entre autres, est succulente et le service assuré par sa compagne Mara, une femme absolument adorable au doux accent d’Italie, est fantastique ! J’ai beaucoup aimé quand Mara a demandé à Céline si elle souhaitait emporter le reste de sa « Pasta fatta in casa aux artichauts, tomates, datterino confites, olives taggiasca et chèvre frais » dans un doggy bag, une proposition plutôt inhabituelle en Suisse mais qui devrait être généralisée pour éviter le gaspillage alimentaire. Nous retournerons avec grand plaisir au Rossignol car tout était parfait !

Vendredi 12 : comblée par mon délicieux dîner de la veille, je ne mange rien de la journée.

  • Dîner à la maison : un demi bacalhau na broa (sorte de sandwich chaud composé de pain de maïs fourré avec du poisson et un oeuf) avec un peu d’épinards et deux petites pommes de terre. Lui étant portugais, nous mangeons souvent portugais à la maison.

IMG_E1761_edited.jpg

Samedi 13 : nous invitons nos amis Carlomarie à dîner à la maison.

  • Petit-déjeuner à la maison : un cacao, 5 dl de jus d’oranges pressées et un peu de mascarpone gorgonzola.
  • Dîner de fête à la maison : un Spritz, une poignée de noix et quelques chips nature, une tranche de pâté en croûte aux morilles, une assiette de cataplana de marisco, soit une marmite de fruits de mer que Lui a agrémentée avec de la langouste, typique de la cuisine de l’Algarve et une part de gâteau Japonais de la confiserie Wuthrich à Lausanne.

Dimanche 14 : je pique une crise le soir pour rien avec le Polonais et vais bouder dans ma chambre. Pas bien :o( Lui est fâché car ce n’est pas comme ça qu’on reçoit des amis.

  • Petit-déjeuner à la maison : la dernière tranche du gâteau Japonais de la veille et 5dl de jus d’orange pressée.
  • Dîner à la maison : une poignée de chips nature et 2-3 bouchées de carne de porco à l’Alentejana, une spécialité du Sud du Portugal, avant que je parte bouder :o(

Résumé de la semaine 2 :

  • J’ai été deux fois au restaurant.
  • J’ai cuisiné un coleslaw, une sauce gribiche et plusieurs légumes d’hiver.
  • J’ai intégré quelques oranges ;o)
  • Ma consommation d’alcool s’est limitée à un Campari orange et un Spritz en apéritif.
  • Nous avons fait le tour des spécialités culinaires portugaises cette semaine ;o)
  • Me disputer avec quelqu’un me coupe l’appétit. Je ne suis pas que zen, douceur et amour et peux faire preuve d’un sale caractère :o(
  • Marie a trouvé que je mangeais moins que d’habitude. A vrai dire, j’ai cessé de faire le boa (grosse prise alimentaire en une fois puis plus rien) et mon estomac s’est rétréci.
Me nourrir du 8 au 14 janvier 2018

4 réflexions sur “Me nourrir du 8 au 14 janvier 2018

  1. il faut effectivement manger quand on a faim et ne pas se forcer dans le cas contraire
    ma question est « tu ne ressens pas de baisse d’énergie si tu ne mange pas à midi? »
    perso, je ne peux pas sauter de repas

    1. En fait, c’est plutôt quand je mange à midi que j’ai une baisse d’énergie l’après-midi car j’ai l’estomac trop plein ;o) Je pense que c’est une question d’habitude. Je ressens très peu la faim le matin et le midi, surtout quand je travaille.

  2. Jane dit :

    Je ne connais pas du tout la cuisine portugaise et en te lisant, tu me fais envie. Est-il possible que tu partages les recettes ? Merci et tout bon week-end.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s