Un achat par semaine 2019 – Nos 1 et 2

Thermomix TM5 et TM6
Vorwerk

*****

Les personnes qui me connaissent savent que je suis plus douée pour lancer des réseaux internationaux et établir des stratégies et des plans d’actions sur 4 ans que de faire la cuisine, le ménage et le repassage.

Il m’arrive de temps en temps d’avoir des crises de rangement aigu qui me font plier toutes les affaires que je trouve comme Marie Kondo mais je suis plus une femme 2.0 qu’une fée du logis.

Disons que j’ai de la peine à imaginer que le ménage pourrait m’épanouir même si je comprends la satisfaction que l’on peut éprouver devant un intérieur immaculé, des fenêtres propres et des draps fraîchement repassés. En voyant maman être de méchante humeur chaque vendredi matin, jour du ménage, j’ai grandi avec l’idée que les tâches domestiques étaient synonymes de corvées à exécuter si l’on ne veut pas vivre dans une tanière qui pue le vomi de vautour. Comment je m’en sors alors ? Comme dans toute entreprise qui peut se le permettre, je sous-traite !

D’ailleurs, les hommes ne s’y sont pas trompés : accomplir une tâche ingrate sans être payé, non mais ça va la tête ?

Il n’y a qu’au chalet où je prends vraiment du plaisir à aspirer, astiquer, récurer et nettoyer. Sans doute parce que tout est neuf et parce que j’ai pu choisir tous les éléments et matériaux de construction. C’est d’ailleurs en réfléchissant à compléter la batterie de cuisine du chalet que j’ai commencé à chercher le robot de cuisine le plus polyvalent possible mais sans un million d’accessoires en pièces détachées qu’on n’utilise jamais et qui encombrent les tiroirs (ce ne sera pas toi, joli KitchenAid).

Thermomix TM5 (c) photo : Cookomix

Je ne sais pas comment je suis tombée sur le Thermomix. Probablement en tapant des mots clés dans un moteur de recherche. Toujours est-il que j’ai découvert le TM5, le robot cuiseur qui fait tout : hacher, mixer, trancher, peser, cuire, mijoter, pétrir, moudre, etc., avec une simplicité déconcertante : un écran, un bouton et c’est tout. Steve Jobs aurait aimé.

Quant aux accessoires, ils sont aussi réduits au minimum : un bol de mixage muni d’un couvercle et d’un couteau, un panier vapeur, un plat à double étage pour les cuissons à la vapeur, un gobelet doseur et une spatule, le tout passant à la machine à laver.

L’achat d’un Thermomix n’étant possible qu’en vente directe auprès d’une conseillère spécialisée, j’ai contacté ma chère amie Samichou, une pro de chez pro du Thermomix puisqu’elle forme les conseillères régionales, qui m’a invitée chez elle pour une soirée sympa : atelier de cuisine et repas en famille.

Quand Samichou m’a annoncé que j’allais préparer un menu pour 5 personnes composé de focaccia et de mojito pour l’apéritif, de quinoa vapeur, filet de saumon sauce basilic et de salade de légumes en plat principal et d’un sorbet à la framboise pour le dessert, je me suis dit que j’y passerais la nuit et que nous irions nous coucher le ventre vide. C’était sans compter la magie du Thermomix ! J’ai été convaincue par ce robot dès la première préparation (le sorbet à la framboise) et j’ai voulu signer le contrat quand on a enchaîné avec le mojito.

En un clin d’œil et sans aucun effort (juste appuyer sur des boutons), nous nous sommes attablés devant un dîner sain et délicieux. Tout était réussi ! A tel point que je me demande comment on peut rater des plats avec un Thermomix.

Thermomix TM6 (c) Cookidoo
Regardez comme les femmes sont contentes ! (c) photo : Cookidoo
Il n’y a pas que les femmes mais les hommes aussi ! (c) photo : Cookidoo

Depuis ma rencontre avec Momix, mon prrrrrrééééciiieux, j’ai développé un attachement fort pour cet appareil et il m’est tout simplement inconcevable de vivre sans lui ! A tel point que je n’ai pas pu m’en séparer quand on me l’a livré à la maison pour l’amener au chalet. Par conséquent, je n’ai pas eu d’autre choix que d’en commander un autre à Samichou et cela tombait bien car Vorwerk, la marque allemande qui produit ces petits bijoux culinaires, a lancé le TM6, la version upgradée du TM5 disponible en juin 2019, avec un écran tactile plus large, le service Cookidoo (plateforme de recettes) intégré, les modes pétrin, bouilloire, mijotage jusqu’à 8h de cuissons basses et hautes températures, fermentation pour réaliser des yogourts, sous-vide plus auto-nettoyage de la cuve.

Momix 5 ira au chalet tandis que Momix 6 restera à la maison. J’espère que Momix 5 ne se sentira pas trop seul là-haut mais il pourra communiquer avec ses futurs copains la pompe à chaleur Domotec, le four Siemens, le lave-linge Hoover qui sont tous équipés du WiFi ;o)

Poulet aux légumes d’hiver. L’asperge n’est pas un légume d’hiver mais j’ai utilisé une conserve.
Golden Green Smoothie (c) Kimberly Snyder
Goulache

Avec Momix, j’ai cuisiné du poulet aux légumes d’hiver (photo), un curry de poisson au curcuma, de la goulache (photo), une blanquette de veau, un drink pamplemousse-mangue, du papet vaudois, de la salade de carottes, une salade thaï au bœuf et le fameux Golden Green Smoothie de la prêtresse vegan Kimberly Snyder.

Momix 5 et Momix 6 sont les achats les plus intelligents de ma vie !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s