Un achat par semaine 27 à 33

IMG_9967Achat de la semaine 27. Marciano Fluid Shirt

Je ne regrette aucun de mes achats à la boutique Marciano/Guess à Lisbonne mais je pense que c’est la dernière fois que j’achèterai autant de vêtements à la fois vu que cela a sérieusement entamé le nombre d’acquisitions que je pouvais faire cette année, soit 47 objets si je suis raisonnable (pas de shopping pendant Carême) ou 52 si je ne le suis pas. Ce chemisier rose est devenu un basique de ma penderie. Je le porte aussi bien avec un jean qu’avec une jupe stricte au travail et sa matière fluide ne se froisse pas quand je l’emporte avec moi dans une valise, ce qui est un très bon point !

Centre Colombo / Av. Lusiada / 1500-392 Lisbonne / Portugal

LFAchat de la semaine 28. Sac Luis Onofre

Cette année, je ne jure que par Luis Onofre, une marque lancée en 1999 par le styliste portugais du même nom, issu d’une famille spécialisée dans la chaussure depuis 1939. J’avais envie de tout acheter dans la seule boutique située sur la luxueuse avenue de la Liberdade à Lisbonne. Non seulement je trouve les souliers féminins et magnifiques, mais en plus, ce sont les seuls que je peux porter toute la journée ou la nuit sans souffrir, même juchée sur des talons de 12 cm ! J’ai eu le plaisir de recevoir deux paires de sandales pour mon anniversaire et ai complété ma collection de sacs avec ce modèle en velours violet que je porte comme une pochette XXL sans la chaîne dorée.

Je rêve à présent de retourner à Lisbonne pour m’offrir des sandales et des cuissardes de la collection A/W 2015 !

Luis Onofre Store / Avenida da Liberdade, 247 / 1250-149 Lisbonne / Portugal

MS1Achat de la semaine 29. The Unisex Tee Maison Standards*

A Noël dernier, mon Frangin m’a offert le chemisier Oxford bleu, le pull en cachemire marine ainsi que le pull noir en laine mérinos de Maison Standards qui est un peu l’équivalent français de la marque américaine Everlane. Le concept de Maison Standards est d’offrir des vêtements de bonne facture, simples et classiques, sans intermédiaire ni boutiques physiques afin de vendre des habits au meilleur prix. La totale transparence de la marque sur les coûts et sur la production de leurs usines m’a donné envie de me constituer chez eux un ensemble de pièces basiques même si j’ai été moyennement convaincue par la qualité du cachemire et par la coupe des T-shirts Unisex trop grands pour moi en XS.

PS : J’ai compté pour un achat le fait d’acheter deux pièces identiques de différentes couleurs. Appelez cela de la triche si vous voulez, j’assume, même si dans un avenir que j’espère proche, j’arriverai à ne commander qu’un seul article à la fois ;o)

Maison Standards / Boutique online : http://www.maisonstandards.com/en/

MSS1Achat de la semaine 30. La Mini Jupe en Jersey Maison Standards*

Toutes les pièces chez Maison Standards s’accordent les unes avec les autres ce qui est appréciable, surtout quand on n’a pas envie de se casser la tête le matin devant son armoire. Les deux jupes courtes grise (photo) et noire 100 % coton que j’ai achetées sont super confortables, ne se froissent pas et sont faciles à entretenir. Que demander de plus ? Peut-être les jupes denim, les chemisiers en soie, les sweatshirts à coudières en cuir et les pulls marins ? ;o)

Maison Standards / Boutique online : http://www.maisonstandards.com/en/ 

DSAchat de la semaine 31. La console New Nintendo 3DS White et le jeu Fantasy Life

Je souhaitais tuer le temps dans les aéroports et pendant les longs trajets en avion en jouant à un jeu vidéo sur console mais c’était oublier qu’une fois après avoir visionné un film en dégustant des mets délicats arrosés de Chardonnay et de Porto, je préférais m’allonger pour dormir sous mon duvet douillet pendant les trajets en Business Class plutôt que de faire évoluer Wulfi, mon paladin, cuisinier, bûcheron, pêcheur, mineur et tailleur (oui, il sait tout faire ou presque. Il lui reste encore 6 métiers à apprendre) sans peur et sans reproches dans le joli royaume de Rêveria voué à la destruction sinon ce ne serait pas drôle. Ce ne sera donc peut-être pas dans un avion mais les pieds en éventail sur un transat à la plage que je passerai du niveau d’apprenti à celui de Big Boss de fin de niveau…

Léman Centre / Chemin du Saugy 1 / 1023 Crissier / Suisse

MA1Achat de la semaine 32. T-shirt long manches kimono noir Mel et Alma

C’est à l’occasion d’une vente organisée au salon de coiffure The Red Room de ma chère Danijela que j’ai rencontré Mélissa Joliquin et Alma Gudzevic, les sympathiques fondatrices de la marque suisse Mel et Alma spécialisée dans les maillots de bain colorés aux hauts et bas interchangeables. Ayant déjà deux bikinis alors que je ne devrais n’en posséder qu’un selon Dominique Loreau ;o), j’ai choisi ce T-shirt noir avec l’inscription « Coach Make Me Gorgeous ! » qui est devenu mon T-shirt doudou préféré. Je l’aime tellement que je l’emmène partout avec moi dans le monde. Devant mon enthousiasme et sachant que j’étais blogueuse, Mel et Alma m’ont offert le débardeur jade que je vais porter pour le footing sitôt les beaux jours revenus et qui sera vite rejoint par le débardeur rose à dos nageur que je commanderai l’année prochaine.

Mel et Alma / Boutique online : http://meletalma.com/fr/

Fiat500_vintage1-contact-2IMG_2484F500Achat de la semaine 33. Fiat 500 Vintage ’57 Verde Lattementa

J’ai inondé les réseaux sociaux de photos de Luigi, ma nouvelle voiture, dont je suis tombée amoureuse à Pâques cette année quand le Zio nous a conduits, Lobo, Moumoune, Lui et moi chez son ami Marchi, propriétaire d’une concession Fiat et Alfa Romeo à Perugia en Italie. J’ai troqué la puissance de la boîte DSG à 7 rapports de vitesse de Satine 2 que j’aimais vraiment beaucoup pour un moteur bicylindre qui fait vroum pout pout pout à l’arrêt mais ne regrette pas mon choix. La Fiat 500 Vintage ’57 présentée en première mondiale en mars dernier au Salon de l’Auto à Genève est un modèle limité (seulement 3’500 exemplaires dans le monde) qui rend un très bel hommage à son aïeule de 1957 avec sa moustache de chrome, son look rétro, son logo historique, ses jantes alliage de 16 pouces blanches chromées, sa sellerie en cuir Poltrona Frau, son toit et ses rétroviseurs blancs, etc. Quant à la technologie embarquée, elle est résolument moderne avec 7 airbags, bluetooth, CD+MP3, Start & Stop, fonction écologique, ESP, GPS, HBA, Hill Holder et que sais-je encore…

Le conseiller de vente m’a informée que de nombreux clients avaient fait des propositions d’achat quand ils ont vu Luigi au garage (elle avait 14 km au compteur quand je suis allée la chercher), mais le « pot de yaourt » mentholé était pour moi. Quelle chance !

Garage Mangani et Forte / Route Cantonale 114 / 1025 Saint-Sulpice / Suisse

*Copyright (c) photos : Maison Standards

Un achat par semaine 23 à 26

Nous sommes la semaine 34 et je vous montre mes achats des semaines 23 à 26. Plus qu’un petit effort et je rattraperai mon retard, non seulement par rapport à mon blog mais aussi par rapport aux semaines où je ne dépense « rien », soit zéro acquisition personnelle hormis les produits de beauté que je remplace, pour arriver à la fin de l’année au chiffre de 46 objets si tout va bien (52 semaines moins les 6 semaines de Carême) ou 52 au pire si je suis un être faible.

navy-front1184

Achat de la semaine 23. Une valise Rimowa Salsa Air*

Le voyage faisant apparemment partie de mon ADN – 32 pays visités à ce jour dont certains plusieurs fois – je ne m’encombre plus de bois vert quand je pars à l’étranger et ne prends que le strict minimum. Je pars du principe que je dois être en mesure de porter moi-même ma valise et ne compte pas sur les autres pour m’aider, même s’il est vrai que je séjourne plus dans des hôtels de luxe que dans des auberges de jeunesse, bien pratiques pour leur service pressing ainsi que pour les produits de soins (shampooing, après-shampooing, gel douche, savon, lait hydratant, parfois brosse à dents et peigne) et le sèche-cheveux que je peux laisser à la maison. J’ai voyagé longtemps avec une Samsonite jusqu’à ce que je découvre la marque Rimowa qui d’après moi, fabriquent les meilleures valises sur le marché ! D’abord, il y a la tradition (la manufacture de bagages existe depuis 1898), ensuite il y a la technologie (les valises, étanches à l’eau, sont en aluminium ou en polycarbonate qui les rend d’une solidité et d’une légèreté incomparables. Elles sont également montées sur un roulement à billes breveté qui permettent de les déplacer sans effort) et le savoir-faire (les valises sont faites à la main), puis, je l’avoue, le design aux rayures reconnaissables entre mille qui en fait un must pour la jet-set internationale. Le plus simple aurait été de commencer par vous dire que c’est allemand et ça aurait été clair pour tout le monde ! ;o)

Depuis que je l’ai achetée, ma valise est partie à Estoril au Portugal avec Lui qui me l’a empruntée (bon, je lui pique aussi souvent la sienne qui est le plus grand modèle) et à Kazan dans la République du Tatarstan en Russie. Le début d’un très long parcours qui l’amènera probablement dans les quatre coins du monde, une expression idiote puisque, depuis Galilée, la Terre est ronde (non, c’est vrai ?).

Globus / 5, rue du Pont / 1003 Lausanne / Suisse

aDSC02159
Praia de São Rafael, Albufeira, Algarve, Portugal

Achat de la semaine 24. Un voyage en Algarve et à Paço dos Arcos, Portugal

En évoquant les voyages, j’ai passé mes dernières vacances en Algarve pour la 3ème fois (ah, le soleil, l’océan atlantique, les falaises, la sangria au champagne, les restaurants à tomber et la cataplana à la langouste, soupir) et au Palació dos Arcos, un palais de la fin du XVe siècle, construit au bord du Tage dans la petite ville de Paço dos Arcos près de Lisbonne (ah, l’exquis poulet fricassé de la tante de Lui à Lisbonne, la sangria au champagne bis et les fruits de mer que nous avons dévorés dans une ancienne halle de pêcheurs à Cascais, soupir).

aIMG_1413
Palació dos Arcos

Je ne sais pas où se dérouleront mes prochaines vacances (aux dernières nouvelles, il y a le Pérou, Zanzibar ou un pays en Asie avec une escale à Séoul à choix) et surtout quand car j’ai une actualité professionnelle chargée qui m’amène déjà à parcourir de nombreux kilomètres en avion, mais je commence à ressentir le besoin de me vider la tête et de ne penser plus qu’à moi.

Epic Sana Hotel / Aldeia da Falésia / 8200-593 Albufeira / Portugal & Hotel Vila Galé Collection Palació dos Arcos / Largo Conde das Alcãçovas, 3 / 2770-031 Paço dos Arcos / Portugal

1_1200

Achat de la semaine 25. Vaisselle Orquestra Vista Alegre*

Après quelques aller-retour à Lisbonne, j’ai enfin ma vaisselle en porcelaine Vista Alegre au complet ! La ligne Orquestra, des designers libanais David Raffoul et Nicolas Moussalem, me tient à cœur, non seulement parce que je la trouve magnifique avec ses tracés géométriques purs et sobres symbolisant l’harmonie et l’excellence d’un orchestre symphonique, mais aussi parce que je l’ai repérée bien avant qu’elle remporte cette année le Red Dot Design Award et le Wall Paper Design Awards, deux prix prestigieux du design international ! Pour une bobo bourge tendance cagole, c’est pas mal quand même ;o)

4_oOrquestra_1_12003_o

Pour information, il existe une autre maison de porcelaine de luxe au Portugal : SPAL mais, dans l’ensemble, je préfère Vista Alegre.

Vista Alegre / Amoreiras Shopping Center / Av. Eng. Duarte Pacheco / 1070-103 Lisbonne / Portugal

aIMG_1642

Achat de la semaine 26. Un dîner à Paris

Pour fêter nos anniversaires, j’ai invité ma copine Madame au Thoumieux, hôtel et restaurant gastronomique du Chef Jean-François Piège, à Paris. Tout était parfait, voire « tout mieux » (ha ha), de la chambre d’hôtel savamment décorée de motifs japonais – mention spéciale à la couverture en fausse peau de léopard – avec sa salle de bain en marbre, sa belle robinetterie et ses produits Aesop, au dîner gastronomique de 4 (ou 5 ?)  hors-d’œuvre froids et chauds, de 2 plats, de fromages et de 4 desserts plus mignardises (ouf) que je vous présenterai dans un prochain article.

aIMG_1671
Hors d’oeuvre – Pomme de terre soufflée, nage réduite, caviar osciètre

Nous avions prévu de nous arrêter chez Ladurée ou à la Pâtisserie des Rêves de Philippe Conticini le lendemain mais, repues comme des dindes de Noël après le menu d’anthologie et le petit-déjeuner brunch élaborés par le Chef Piège et sa brigade, nous avons abandonné l’idée même d’y aller ! ;o)

PS : le restaurant du Chef Piège au premier étage du Thoumieux a fermé ses portes en juin et c’est au « Jean-François Piège, le Grand Restaurant » au 7, rue d’Aguessau à Paris qu’il conviendra de se rendre désormais, à partir de septembre 2015, pour goûter à la sublime cuisine de ce Chef ultra-médiatisé.

Thoumieux / 79, rue Saint-Dominique / 75007 Paris / France

*Copyright (c) photos : Rimowa, Vista Alegre

Neemic. Made in China

La mode est un domaine dans lequel je n’ai aucune expertise et que j’observe de loin. Bien que les apparences semblent parfois trompeuses (cf. Marciano/Guess), je prête plus d’attention aux détails de la confection et aux conditions dans lesquelles mes vêtements sont produits qu’à la marque, qu’elle soit prestigieuse comme Hermès (non, je n’achèterai pas de sacs ni d’accessoires en python ou en crocodile, de toute façon, je n’aime pas le cuir de reptile) ou bon marché comme H&M chez qui je ne vais toujours pas sans savoir pourquoi.

Neemic+3460-4

Je passe ainsi pas mal de temps à me documenter en étant consciente toutefois que l’information est fragmentaire et qu’il est illusoire de vouloir consommer 100 % local, bio et éthique à moins de produire soi-même tout ce dont on a besoin. Mon collègue me disait l’autre jour avec humour que oui, sa pizza était « maison » si l’on considérait qu’il n’avait pas récolté le sel, ni fait pousser les tomates, ni élevé la bufflonne pour fabriquer de la mozzarella, ni moissonné le blé pour le réduire en farine, etc.

chiara_sequin_silk_top_notjustalabel_1327796929elija_wool_sweater_notjustalabel_890996969eden_oversized_mohair_sweater_notjustalabel_932362435

J’aime aussi tordre le cou à mes préjugés de bobo bourge cagole gâtée et il n’y a pas mieux que les voyages pour appréhender la vie d’une manière différente et apprendre que « l’autre » n’est pas toujours le monstre que l’on veut nous faire croire.

Cette digression (habituelle, soupir) pour vous parler du « Made in China » que tout le monde associe trop souvent à du toc, du bon marché, de la mauvaise qualité, etc. En 2015, c’est oublier trop vite que ce n’est ni le savoir-faire chinois ni la qualification de la main d’œuvre qui sont en cause, comme le démontre le projet Made in China Diary mené par les designers suisses d’Anaïde Gregory Studio mais bien la volonté de certains chefs d’entreprise occidentaux de chercher à faire des économies sur la production de masse. Il est à noter également qu’aucun Asiatique qui en a les moyens n’achètera de contrefaçons ; au contraire, il est prêt à payer plus cher qu’un Européen pour obtenir des objets de luxe et sait les apprécier à leur juste valeur.

NEEMIC_4

Ceci n’occulte pas le fait qu’il y a de graves abus en Chine, comme partout ailleurs dans le monde, mais la violence de certaines vidéos à charge, volontaire ou non, ne doit pas faire oublier que la Chine est un pays immense d’une richesse culturelle millénaire phénoménale qui prend des mesures pour protéger la faune et la flore du pays en créant des zones naturelles protégées afin de sauver de l’extinction des espèces rares comme le panda géant, le rhinopithèque doré, le yak sauvage, le tigre de Mandchourie ou le cerf de Thorold, qu’ils ont adopté le principe du recyclage des déchets et des ordures ménagères et que le cliché du Chinois mangeur de chien ne s’applique pas à toute la Chine (des associations locales ont également critiqué l’abattage massif des chiens au festival de Yulin, puis, qui sommes-nous pour condamner ce massacre alors que nous tolérons que des chiens et des chats soient euthanasiés tous les jours dans nos chenils et nos refuges surpeuplés ? Par ailleurs, il est tout à fait légal en Suisse de manger son chien ou son chat et personne ne trouve rien à redire).

Au lieu de pointer du doigt des saloperies de psychopathes qui ne sont malheureusement pas l’apanage des seuls Chinois, je reconnais que je n’ai aucune supériorité morale pour dénoncer les autres sans prendre en considération mes propres agissements et je préfère de loin mettre en avant les belles réalisations humaines, sources d’échanges, de collaboration et de compréhension mutuelle.

Neemic-3131

Dans cet état d’esprit, on obtient le meilleur quand deux designers suisses, Amihan Zemp et Hans Martin Galliker, s’installent à Beijing pour créer la marque Neemic, dont les vêtements sont de purs joyaux réalisés à partir d’étoffes recyclées de l’industrie du textile naturel et biologique chinois ou de tissus produits dans le respect de l’environnement, à savoir sans engrais chimiques, ni pesticides, ni insecticides sous les labels The Hong Kong Organic Textile Association et AgraChina.

Neemic+0124-1

Je sais que la saison ne se prête guère à vous montrer des images de gros manteaux en laine et de pulls oversize en mohair (ne me remerciez pas ;o)) mais je suis tombée sur ce site en cherchant des modèles de tricot que je suis en train de réaliser pour cet hiver. Je ne sais pas pour vous mais moi, je suis conquise !

Neemic / Beijing / People’s Republic of China / E-shop : http://neemic.asia/shop

Copyright All Photos (c) Neemic.com

Un achat par semaine 15 à 18

A part les produits consommables (nourriture, cosmétiques, produits de soins et d’hygiène), je suis auto-interdite de shopping comme « punition » pour n’avoir pas su me modérer à Lisbonne et pour avoir déjà acheté plus d’une vingtaine d’objets alors que je n’en ai droit qu’à 52 par année, voire 46, si je compte les semaines de Carême où je ne devais rien dépenser.

J’aime bien me compliquer la vie, oui, mais c’est ma manière à moi de réfléchir – ou d’essayer de réfléchir parce que je fais aussi des erreurs d’achats – à ce que je souhaite vraiment acquérir, même si en tant que personne privilégiée et plus que gâtée, rien n’est vraiment indispensable (non, je ne culpabilise pas même si ce n’est pas toujours évident). Par ailleurs, j’attache moins d’importance à la valeur de l’objet qu’à ce qu’il représente pour moi, ce qui explique que je peux aussi bien m’enthousiasmer pour une boîte à repas en métal bon marché que pour un sac Céline hors de prix.

Pas « d’achats » donc (hum hum) pour les semaines 9 à 14 consacrées à Carême, passons donc directement à la semaine 15.

1317191770

Achat de la semaine 15. Leaf Tie Cable Organisers Lufdesign*

Lufdesign est une marque créée en 2002 par le designer coréen Tsunho Wang que j’avais repérée à la librairie Kyobo l’année passée à Séoul. Ayant largement dépassé mon quota de nouveaux objets dans ma ville d’origine, je n’avais rien acheté chez eux, me disant que je me rattraperai lors d’un prochain voyage en Corée du Sud pour voir ma famille.

1317191796

Alors que je déambulais avec ma copine Madame dans les jolies rues de la ville de Vevey, je suis tombée par hasard sur ces attaches câbles Lufdesign en forme de feuilles à la boutique Balthazar spécialisée dans les gadgets inventifs, la décoration, les cartes postales et les cadeaux. Je ne sais pas pour vous mais à la maison, on est envahi par les câbles électriques pour la télévision, l’ordinateur, l’imprimante, les chargeurs pour iPhone, le Wifi, la machine à café, la console de jeux, etc., rarement esthétiques. Ces liens poétiques, rappelant la nature, permettent de mettre un peu de discipline et d’organisation dans tout ce fatras technologique. On peut s’en servir également pour marquer les bagages ou pour fixer les plantes grimpantes aux tiges de support, ce qui est bien pratique.

Balthazar / rue du Lac 32 / 1800 Vevey / Suisse

15.04

Achat de la semaine 16. Cali Mini Dress Marciano*

Je ne reviendrai pas sur mon manque de goût dont je m’étais expliquée ici. Je comprends toutefois qu’on puisse s’interroger sur ma garde-robe composée de pièces qui n’ont rien à voir les unes avec les autres, contrairement à ce qui est préconisé dans les ouvrages consacrés à la mode et au style qui conseillent de s’habiller selon une méthode fonctionnelle ou garde-robe capsule, selon sa morphologie (en X, en H, en O, en V ou en W, J, Z pour ce que je m’y connais), selon l’âge du capitaine et son signe astrologique, ou encore selon Cristina Cordula que j’ai de plus en plus de mal à supporter. « Ma chérie, ma chériiiie, ça ne va pas dou tout dou tout, tou fais n’importe quoi ! »

Si cela ne tenait qu’à moi, je vivrais toute l’année avec un T-shirt XXL et des KyBoots aux pieds, c’est dire combien le sujet m’intéresse. Il se trouve cependant que j’habite en milieu urbain sous un climat changeant avec des saisons bien marquées, que j’exerce une profession qui n’a pas de « dress code » particulier hormis une sobriété certaine et l’obligation de « se déguiser en pingouin » pour les réunions et les réceptions importantes (dans ce cas précis, j’enfile ce que j’appelle « mon uniforme »), que je ne m’habille pas de la même manière pour passer un weekend au chalet, pour manger des Ferrero Rocher chez Son Excellence l’Ambassadeur qui ne m’en a jamais offerts (so bad) ou pour dîner dans un restaurant chic avec les femmes canons des amis de Lui, toutes juchées sur des stilettos vertigineux de créateurs et féminines jusqu’au bout des ongles parfaitement manucurés.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il me manquait quelques robes sexy – ou vulgaires, c’est selon – pour parader, telle la cagole de base, sur mes talons de 12 cm. Parfois, je pousse même la provocation à prendre rendez-vous chez Danijela au salon Red Room pour une coiffure éphémère de soirée, c’est dire comme je me la pète ! ;o)

Centre Colombo / Av. Lusiada / 1500-392 Lisbonne / Portugal

IMG_9408

Achat de la semaine 17. Viivi Ankle Boots Marciano

Lui est ma meilleure copine de shopping ! Il a l’œil pour dénicher ce qui me va à coup sûr et fait preuve d’une patience infinie dans les magasins, ce qui est suffisamment rare chez un homme pour être souligné. Nous avons passé deux heures chez Marciano/Guess au centre Colombo de Lisbonne, moi, enfermée dans la cabine d’essayage, tandis que Lui et la  super vendeuse qui s’occupait de moi s’affairaient à choisir ce qui pourrait potentiellement m’aller. J’ai rarement connu un service pareil ! Toutes les vendeuses étaient adorables et l’une d’elles est venue échanger quelques mots en français avec moi, se réjouissant de retrouver sa famille établie dans le Sud-Ouest de la France pendant les vacances.

Pour l’anecdote, Lui a remarqué ces bottines quand il a vu « une bonnasse », selon ses termes, entrer dans la boutique et repartir avec… Chassez le mâle et il revient au galop ! Incorrigible, tss, tss ! ;o) Quant à « la bonnasse » en question, on l’a revue le lendemain au petit-déjeuner de notre hôtel, l’EPIC SANA Lisboa. Le monde est petit…

Centre Colombo / Av. Lusiada / 1500-392 Lisbonne / Portugal

IMG_0095

Achat de la semaine 18. Pochette en cuir JEBEL Inaden Design 

J’ai profité d’être au superbe Musée du Quai Branly à Paris pour l’exposition temporaire « Tatoueurs, Tatoués » (jusqu’au 18 octobre 2015) qui m’a plus intéressée par son contenu que par sa scénographie trop classique à mon goût, pour faire un tour à la librairie du Musée où je me suis attardée longuement sur cette pochette disponible en plusieurs couleurs et des plats tressés en fil de téléphone d’Afrique du Sud.

Ne sachant pas sur le moment quel usage je pouvais faire des plats tressés (zut, ils auraient pu servir de panière. On n’en a plus à la maison), j’ai opté pour cette très belle pochette réalisée à la main dans un atelier familial des hauts plateaux abyssins d’Ethiopie. J’ai été séduite par sa forme simple et épurée ainsi que par la souplesse et la douceur du cuir et je compte l’utiliser pour y mettre mes indispensables de voyage : petit porte-monnaie de Nanjing, carte de crédit, baume pour les lèvres, bonbons Ricola Bergminze (menthe des montagnes) « de la Suisse, naturellement » ;o), etc.

J’aime également beaucoup l’idée de soutenir des produits « made in Africa » et regrette qu’ils soient aussi rares chez nous.

Musée du Quai Branly / Librairie / 37, Quai Branly / Paris / France

*Copyright (c) photos : Lufdesign, Marciano/Guess

Bling Bling Fashion

J’ai été récemment questionnée sur Facebook sur mes achats à la boutique Marciano à Lisbonne, Marciano/Guess étant considéré comme « voyant, bling bling, parfois vulgaire et de très mauvaise qualité » alors que je suis supposée « détester la Fast Fashion, aimer les jolies choses et les marques de luxe ».

En préambule, je tiens à préciser que je n’ai pas (trop) mal pris cette réflexion. Je ne peux pas plaire à tout le monde et c’est okay. Cependant, je crois avoir suffisamment répété sur mon blog que je n’étais pas une référence ni un modèle à suivre et que chacun est libre de faire ce qu’il veut et/ou peut de sa vie, pour que l’on ne me prête pas des intentions qui ne sont pas les miennes.

Ceci étant dit, j’assume sans rougir tous mes achats chez Marciano pour les raisons suivantes :

Marciano/Guess, c’est voyant, bling bling et vulgaire. Tous les goûts sont dans la nature ! Je ne peux guère me prononcer sur le sujet étant donné que je n’ai pas pour principe ni pour métier de juger les gens sur leur apparence physique ou sur leurs éventuels « fashion faux pas ». Par ailleurs, si je concède volontiers que mes MBT, mes Birkenstock et mes KyBoots sont d’une laideur remarquable, je revendique le droit de sortir en panoplie intégrale de cagole si je le souhaite. Quant aux marques de luxe, elles ne sont pas toujours synonymes de « bon goût » ni « de chic absolu », Céline, qui est une marque que j’adore, a commis d’étranges escarpins en fourrure pour le printemps 2013 ou encore des ballerines à talon pour cet été qui me laissent perplexe, mais c’est mon avis. Il y a du bon et du mauvais partout ! Guess peut même faire dans la sobriété, c’est dingue, non ? Okay, il faut chercher longtemps ;o)

celine-rtw-ss2013-details-53_105147422817
Céline SS2013 (c) Internet. Je me demande combien d’escarpins en fourrure ils ont vendu cette année-là
4092-Le-21eme-Adam-Katz-Sinding-Pier-57-Mercedes-Benz-New-York-Fashion-Week-Fall-Winter-2013-2014_AKS0398
Photo (c) Internet. On ne peut pas reprocher à Céline le manque d’originalité ! ;o)

Marciano/Guess, c’est de la très mauvaise qualité. J’ai passé en revue les robes que j’ai achetées chez Marciano et n’ai rien vu qui pourrait confirmer cet avis d’une manière empirique : les étoffes sont finement doublées pour la plupart, les étiquettes sont cousues avec soin et pas simplement prises dans l’ourlet avec un zigzag simple, les fermetures éclair sont surmontées d’un petit rivet discret aux encolures, etc. Quant aux Viivi Ankle Boots Marciano, même si la chaussure est étroite et le talon aiguille très haut, elles sont incroyablement plus confortables que mes Louboutin. Attention, je n’affirme pas que toute la production de Marciano/Guess est de qualité ni que les marques de luxe sont exemptées de défaut de fabrication : après un mois, un ami a pu dire adieu à sa ceinture (B*berry ou Louis V., je ne m’en rappelle plus mais je lui demanderai et éditerai mon article en fonction de sa réponse), d’où l’importance de vérifier la qualité par soi-même et ne pas se fier à une « réputation » bonne ou mauvaise.

guess-viivi-buckle-ancle-boot-black-mushclothing_com_2_
Mes bottines vulgaires de cagole : Viivi Ankle Boots Marciano (c) Internet

Je déteste la Fast Fashion. Il ne me semble pas avoir écrit un jour que je haïssais la Fast Fashion mais que j’évitais certaines chaînes de vêtements low cost pour plusieurs raisons, les principales étant qu’on trouve les mêmes enseignes partout dans le monde (quel intérêt d’acheter en Malaisie ce que je peux acheter en Suisse ?) et surtout parce que j’ai été bouleversée par les +/- 1’135 personnes qui ont perdu la vie et les +/- 2’000 blessés dans l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en 2013, en majorité des femmes et des enfants qui se trouvaient dans la garderie de cet immeuble de confection textile. Si en début d’année, « nous étions tous Charlie » et écoeurés, avec raison, par le lâche assassinat de 12 personnes et de 11 autres blessées pour des dessins de presse, je peine à comprendre comment on peut accepter aussi facilement qu’un millier de personnes puissent mourir pour des vêtements et continuer à consommer comme si de rien n’était. La situation semble cependant avoir évolué avec la création d’un fonds pour venir en aide aux victimes et à l’exception de Benetton, Auchan et Carrefour qui refusent toujours d’y participer, je n’exclus pas d’acheter désormais des vêtements chez H&M/Cos et Inditex/Zara même si ce n’est pas prévu dans l’immédiat car j’ai d’autres priorités. Bien sûr, la situation est plus complexe que cela et je vous invite à consulter le site Clean Clothes Campaign pour obtenir des renseignements supplémentaires. Pour en revenir à Marciano/Guess, même si ses fondateurs ont des « goûts de ch*otte » ;o), ils n’en sont pas moins altruistes puisqu’ils ont créé la Fondation Guess en 1994 pour soutenir aussi bien la cause environnementale qu’humanitaire. Ils aident financièrement plusieurs associations comme Best Friends Animal Society, Environmental Media Association, Make-a-Wish, Feed the Children, Susan G. Komen Breast Cancer Foundation ou encore l’association Peace Over Violence pour Denim Day aux USA et bientôt en Europe qui encourage la population à porter un jean un jour dans l’année pour protester contre toutes formes de violence et d’abus sexuels. Rien que pour ça, j’irai acheter un jean chez Guess (un sobre, promis ! ;o)).

Pour finir, Marciano, Guess ou pas Guess, je me sens à l’aise avec mon statut de « bobo bourgeoise vulgaire » (ça en fait des qualificatifs ;o)) et continuerai probablement à faire plein de fautes de goût pour mon plus grand bonheur ! Pour le reste, ce n’est pas important, après tout, ce ne sont que des vêtements…