Me nourrir du 8 au 14 janvier 2018

Continuons avec mon alimentation anarchique. Je rappelle que je suis l’avis de mon médecin généraliste spécialisé en nutrition qui m’a dit que je peux faire ce que je veux du moment que je suis en bonne santé, que je n’ai pas de problème de poids et que rien ne m’oblige à faire trois repas par jour si je n’ai pas faim. Nous sommes tous différents ! Personnellement, je préfère avoir l’avis d’un professionnel de la santé plutôt que de suivre des régimes farfelus recommandés par des magazines ou par des stars des réseaux sociaux.

IMG_E1712.JPG
Le risotto de la Croix d’Ouchy est le meilleur de toute la ville de Lausanne !

Lundi 8 : comme un lundi…

  • Déjeuner au restaurant La Croix d’Ouchy avec ma collègue Samuelle : une salade verte et un risotto au citron et aux gambas que je mange distraitement trop occupée à discuter.

IMG_E1700_edited.jpg

Mardi 9 : je suis fière d’avoir préparé la veille tous les légumes d’hiver que j’avais dans mon réfrigérateur. J’ai une tonne de coleslaw préparée avec deux carottes et un demi-chou blanc, de la salade de fenouil et radis, des champignons de Paris à la crème et une salade de betterave que maman appelait de la carotte rouge.

  • Petit-déjeuner : une orange.
  • Déjeuner au bureau : un bocal Weck avec du coleslaw, de la salade de fenouil et radis, des champignons, de la betterave et un quart de blanc de poulet.
  • Dîner à la maison : un bol de coleslaw et de salade de fenouil et trois mini Toblerone. Je déchante un peu avec mon « meal prep » de légumes crus pas faciles à mâcher… J’ai l’impression d’être un ruminant et me dis que la tendance crudivore n’est pas pour moi !

IMG_E1711_edited.jpgISJO0037.JPG

Mercredi 10 : j’ai eu ma dose de crudités pour la semaine.

  • Déjeuner au bureau : un délice au beurre de la boulangerie Montchoisi Gourmand. Le délice au beurre, spécialité suisse de pain au goût de Bretzel, est ma madeleine de Proust. Chaque fois que maman nous emmenait en ville, nous avions droit à un goûter dans un salon de thé et elle commandait toujours un délice au beurre ou un chou à la crème pour elle. Maintenant, quand j’en mange, je pense à elle.
  • Dîner à la maison : un pot-au-feu traditionnel avec une sauce gribiche. Un plat d’hiver chaud et réconfortant, miam. Je suis contente d’avoir tenu tête à Lui pour préparer une sauce gribiche au lieu d’opter pour la facilité avec la moutarde habituelle car elle accompagne à merveille la viande et les légumes bouillis en apportant de l’acidité, de l’onctuosité et de la texture. A refaire.
IMG_E1822
Campari orange.
IMG_E1820_edited
Pressé de foie gras de canard aux lentilles vertes, jus tranché aux pommes et confit d’oignons rouges. Le pain était toasté à la perfection !
IMG_E1731_edited
Noisette de pintade aux champignons des bois, crémeux de maïs au pesto de pistache et condiment de lard paysan et févettes. On reconnaît la patte d’un grand Chef à la cuisson et à l’assaisonnement : ni trop ni trop peu !
IMG_E1816_edited
Tatin aux pommes confites, crème glacée à la vanille de bourbon et caramel à l’huile d’olive. J’ai changé le dessert du menu original qui était une tartelette d’agrumes et crème de kumquats confits par cette tarte tatin. Les tartes aux pommes sont mes péchés mignons.

Jeudi 11 : découverte du restaurant Le Rossignol. Je suis ravie !

Le Rossignol
Avenue du Léman 36
1005 Lausanne

*****

  • Déjeuner au bureau : deux oranges et une petite poignée de fruits secs.
  • Dîner au restaurant Le Rossignol avec Lui, Lobo et Céline où j’ai choisi le menu du marché. Ce petit restaurant est topissime, la cuisine méditerranéenne du Chef Willy Rossignol, ex du Lausanne Palace et du Mirador Kempinsky entre autres, est succulente et le service assuré par sa compagne Mara, une femme absolument adorable au doux accent d’Italie, est fantastique ! J’ai beaucoup aimé quand Mara a demandé à Céline si elle souhaitait emporter le reste de sa « Pasta fatta in casa aux artichauts, tomates, datterino confites, olives taggiasca et chèvre frais » dans un doggy bag, une proposition plutôt inhabituelle en Suisse mais qui devrait être généralisée pour éviter le gaspillage alimentaire. Nous retournerons avec grand plaisir au Rossignol car tout était parfait !

Vendredi 12 : comblée par mon délicieux dîner de la veille, je ne mange rien de la journée.

  • Dîner à la maison : un demi bacalhau na broa (sorte de sandwich chaud composé de pain de maïs fourré avec du poisson et un oeuf) avec un peu d’épinards et deux petites pommes de terre. Lui étant portugais, nous mangeons souvent portugais à la maison.

IMG_E1761_edited.jpg

Samedi 13 : nous invitons nos amis Carlomarie à dîner à la maison.

  • Petit-déjeuner à la maison : un cacao, 5 dl de jus d’oranges pressées et un peu de mascarpone gorgonzola.
  • Dîner de fête à la maison : un Spritz, une poignée de noix et quelques chips nature, une tranche de pâté en croûte aux morilles, une assiette de cataplana de marisco, soit une marmite de fruits de mer que Lui a agrémentée avec de la langouste, typique de la cuisine de l’Algarve et une part de gâteau Japonais de la confiserie Wuthrich à Lausanne.

Dimanche 14 : je pique une crise le soir pour rien avec le Polonais et vais bouder dans ma chambre. Pas bien :o( Lui est fâché car ce n’est pas comme ça qu’on reçoit des amis.

  • Petit-déjeuner à la maison : la dernière tranche du gâteau Japonais de la veille et 5dl de jus d’orange pressée.
  • Dîner à la maison : une poignée de chips nature et 2-3 bouchées de carne de porco à l’Alentejana, une spécialité du Sud du Portugal, avant que je parte bouder :o(

Résumé de la semaine 2 :

  • J’ai été deux fois au restaurant.
  • J’ai cuisiné un coleslaw, une sauce gribiche et plusieurs légumes d’hiver.
  • J’ai intégré quelques oranges ;o)
  • Ma consommation d’alcool s’est limitée à un Campari orange et un Spritz en apéritif.
  • Nous avons fait le tour des spécialités culinaires portugaises cette semaine ;o)
  • Me disputer avec quelqu’un me coupe l’appétit. Je ne suis pas que zen, douceur et amour et peux faire preuve d’un sale caractère :o(
  • Marie a trouvé que je mangeais moins que d’habitude. A vrai dire, j’ai cessé de faire le boa (grosse prise alimentaire en une fois puis plus rien) et mon estomac s’est rétréci.
Me nourrir du 8 au 14 janvier 2018

Eat, Pray, Love… en Hiver

IMG_3713

Une liste de plaisirs de saison pour nous rappeler qu’il n’y a pas que le froid, les gerçures et les chaussées glacées en hiver !

1. Un bonnet

2. Revenir de l’épicerie, les bras chargés de sacs

3. Un pull Aran, 100 % pure laine vierge

4. Saucisse et légumes verts

5. Des raves en crève à fous

6. Le festival des soupes du monde

7. Un manteau chaud

8. Un dessert aux poires : poire pochée, tarte aux poires…

9. Un bol de ragoût fumant

10. Le Nouvel An chinois

11. Une collection de graines à semer au printemps

12. Des fossettes

13. Un thé à la bergamote et des toasts de pain anglais beurrés à la marmelade d’orange

14. Me baigner dans les bains thermaux quand il neige

15. Ecouter de la musique de Tchaïkovski ou mieux, voir un ballet !

16. Jouer à un jeu de société en grignotant des meringues

17. Du pain chaud et du fromage

18. Un thé de Noël et des Lebkuchen

19. Un gros pull doudou, une boîte de marrons glacés, une crème de nuit

20. Des crêpes à la Chandeleur

21. Des produits de soins aux senteurs de pays lointains

22. La glace Winter Edition Mövenpick

23. Un dîner de saumon, huîtres et champagne

24. Me talquer de la tête aux pieds pour avoir une peau douce comme un bébé

25. Mettre des sous de côté pour trouver une merveille à -60 %

26. Un pyjama cosy

27. Des pots de terre cuite de toutes les grandeurs

28. Pâtisser (je suis nulle en pâtisserie)

29. Boire une édition limitée chez Starbucks

30. Un film primé aux Oscars

31. Les joies d’un long bain chaud

32. Une nouvelle paire de chaussures

33. Des latte maison

34. Un dîner à deux

35. Des beignets pour Mardi Gras

36. Réserver des vacances au soleil

37. M’emmitoufler dans une écharpe tricotée main

38. Ecouter le crissement des pas dans la neige

39. Les effluves de la marmite qui mijote

40. Faire fondre un glaçon sur la langue

41. Rire à table avec des proches

42. Fabriquer un bonhomme de neige

43. Ski/luge et fondue

44. Toast grillé au fromage fondu et soupe à la tomate

45. Tester une nouvelle boisson chaude et en faire ma préférée

46. Une grosse quantité de Chili con carne

47. Un gâteau tout chaud sorti du four

48. Un lait de poule

49. Un thé amer et deux chocolats fins

50. Champagne !

51. Faire un puzzle

52. Regarder la neige tomber

53. Ecrire à mes amis

54. Les joues roses sous le vent mordant

55. Une couleur que je n’ai pas l’habitude de porter

56. Une balade en calèche

57. Décorer une maison en pain d’épices

58. Illuminer la maison

59. Saupoudrer la soupe de fromage râpé

60. Rester en pyjama toute la journée

61. Profiter du moindre rayon de soleil pour mettre le nez dehors

62. Un marathon Harry Potter avec de la Butterbeer

63. Un croque-monsieur

64. Des fruits confits aussi beaux et alléchants que ceux des Malheurs de Sophie

65. Une tasse de lait chaud au coucher

66. Une journée shopping avec une amie

67. Un dimanche brunch et ciné

68. Spa et hammam

69. Une soirée régressive : coquillettes, jambon et TV

70. Etre la première à entrer dans la boulangerie pour un croissant/pain au chocolat

71. Dessiner des petits cœurs sur la buée des vitres

72. Une choucroute

73. Un dîner aux chandelles

74. Un leggings épais, des chaussettes en laine toutes douces, un pull doudou et des bottes fourrées

75. Des perce-neiges

76. Une huile hydratante qui sert à tout

77. Une salée au sucre médaille d’or du Romantica

78. De la cuisine bourgeoise ringarde, opulente et gourmande

79. Les 4 saisons de Vivaldi

80. Un bol rempli d’oranges

81. Recouvrir tous les objets que je peux avec des tricots

82. Une bouteille de sirop d’érable

83. Un thé au miel

84. Lécher le fond d’une casserole

85. Un chocolat viennois avec plein de Chantilly

86. Découvrir le meilleur cheesecake de la ville

87. La première bouchée

88. Une soirée en solo

89. Un cadeau inattendu

90. La liste de mes opéras favoris d’ici et d’ailleurs

Eat, Pray, Love… en Hiver

Les soupes de Lausanne

J’ai perdu mon surnom d’Ochsner (nom d’une marque zürichoise de poubelles que je ne ressens toutefois pas comme une injure puisque je rêve d’acheter un jour la réédition de la Patent Ochsner S664 en acier inoxydable) l’année passée, ayant déçu mes amis en ne m’empiffrant pas un soir comme à l’accoutumée.

Il faut dire qu’à force de détox et de Carême végétarien où pendant 40 jours, je n’ai pas consommé de chair animale, y compris le poisson et les crustacés que certains ne considèrent pas comme de la viande (sic), j’ai commencé à m’alimenter différemment. Je fais de moins en moins « le boa », à savoir un seul repas par jour en grandes quantités même s’il m’arrive encore de vider le frigo quand je rentre à la maison ou de me transformer en ogresse comme Fiona dans Shrek. « Chassez le naturel, il revient au galop »

La plupart du temps, j’emporte mon déjeuner au travail mais j’apprécie également de faire une pause pour m’aérer et commander une salade en été ou une soupe en hiver dans les cafés et les restaurants lausannois où l’offre est assez remarquable. De nombreuses enseignes du « manger bien, manger sain » ont ouvert leurs portes, dont voici quelques-unes de mes adresses préférées :

IMG_9214a

La grande soupe 100 % bio aux légumes, citronnelle et cardamome Ozimi

Dans un petit local graphique et clinique à l’intérieur d’un bâtiment abritant différents commerces de la rue de Bourg, Ozimi est le paradis pour les végétariens et les végétaliens. Les produits, à 95 % bio et de saison sont issus de l’agriculture de proximité. Malgré l’aspect fast-food du lieu qui n’invite guère à la détente et le service approximatif, je retournerai volontiers goûter à un plat de pâtes aux légumes ou au tofu. Pour information, le potage était accompagné de pain que j’ai refusé. Comme 99 % de la population mondiale, je ne suis pas allergique au gluten mais c’est un aliment dont je me passe très bien.

Ozimi, la nature à l’emporter / Rue de Bourg 16-18 / 1003 Lausanne / Suisse

IMG_7728a

Soupe miso et edamame Takayama

La soupe fait partie des plats ancestraux et universels aux origines humbles et symboliques. Je me plais à imaginer les premiers hommes qui, après avoir domestiqué le feu, ont commencé à faire bouillir dans un pot tout ce qu’il trouvait sous la main : des herbes, des os, des graines, de la viande, du poisson… Loin du bouillon primitif, la soupe miso japonaise  révèle pour moi toutes ses vertus quand je l’accompagne de thé vert et d’edamame, fèves de soja immatures, que je décortique patiemment du bout des doigts (on peut aussi glisser la cosse dans la bouche en la faisant glisser entre ses dents, une méthode bien plus rapide pour les croquer).

Takayama / Avenue d’Ouchy 58 / 1006 Lausanne / Suisse

IMG_7739a

Tom Kha Kai Saveurs d’Ailleurs

Restons en Asie et à Ouchy en nous régalant de Tom Kha Kai, le potage de poulet au lait de coco archi-connu de la cuisine thaïlandaise. Chez Saveurs d’Ailleurs, la portion est généreuse et constitue un déjeuner chaud et réconfortant que l’on peut agrémenter de riz parfumé pour en faire un plat complet (j’adore l’association soupe et riz). Les places assises étant réduites, il est recommandé de réserver à l’avance (ou de demander les plats à l’emporter), même si cela n’empêchera pas une certaine proximité avec ses voisins de table.

Saveurs d’Ailleurs / Avenue d’Ouchy 67 / 1006 Lausanne / Suisse

IMG_7746a

Potage du jour et ses croûtons Au Palais Gourmand

Au Palais Gourmand, aussi appelé « Chez Pittolaz » par les Lausannois, propose des spécialités de boulangerie et de pâtisseries de qualité. J’y achète notamment des tourtières de Gascogne aux pommes ou aux pommes-pruneaux croustillantes et fondantes à la fois. Un régal ! Le potage du jour aux légumes était onctueux et joliment servi avec du fromage râpé (miam ! Peu de restaurants en proposent, dommage) et des petits croûtons grillés dressés à part. Vous constaterez que je bois souvent du thé avec de la soupe, une tradition diététique que j’ai empruntée à la médecine chinoise, censée favoriser la digestion.

Au Palais Gourmand / Avenue de la Gare 2 / 1003 Lausanne / Suisse

IMG_7713a

Potage aux légumes Daniel Kocher

Hormis les restaurants asiatiques, la plupart des soupes proposées sur les cartes des cafés et des boulangeries sont des potages aux légumes. Chez Daniel Kocher, on reprend donc les mêmes basiques – potage, thé et pain que j’ai laissés – que l’on personnalise avec une bouchée de taillé aux greubons, une spécialité culinaire du canton de Vaud à base de pâte feuilletée et de résidus de graisse de porc qui s’apparentent aux grattons lyonnais, bienvenue par cette cramine (froid intense en vf), comme on dit dans le canton du Valais dont je suis originaire.

Boulangerie Daniel Kocher / Rue du Simplon 22 / 1006 Lausanne / Suisse

Les soupes de Lausanne