Planifier la semaine 2

J’ai été plutôt optimiste dans la programmation de ma semaine 1 avec la reprise du travail le 3 janvier et le décalage horaire que j’avais oubliés. Je vais donc y aller plutôt mollo cette semaine.

Mes rendez-vous :

  • Un déjeuner avec ma collègue Samuelle à la Croix d’Ouchy pour le meilleur risotto de Lausanne !
  • Un rendez-vous à la banque pour améliorer le rendement de mes placements. Je n’en ai pas l’air mais je suis plus fourmi que cigale. Je m’offre certes de très beaux cadeaux pendant l’année mais je ne fais pas les soldes et vais rarement dans une boutique sans savoir ce que je veux y acheter. A vrai dire, faire les magasins m’ennuierait presque et je déteste essayer les vêtements.
  • Un passage chez la toiletteuse d’Izzi pour lui couper les griffes et lui donner un petit coup de peigne.
  • Un dîner à la maison avec nos amis Carlomarie. A cette occasion, je veux apprendre une nouvelle manière de plier les serviettes en tissu qui appartenaient à maman.

Mes plans cocooning :

  • J’ai eu la flemme d’aller au cinéma dimanche et je n’avais pas envie de m’endormir dans la salle obscure comme devant Coco. Ce n’est donc que partie remise pour Star Wars.
  • J’ai regardé 3 épisodes de The Last Kingdom sans grand intérêt. Je vais donc en rester là d’autant plus que Outlander, saison 3, commence jeudi soir sur la RTS ! J’ai également Guerre et Paix à visionner.
  • Mon ouvrage avance. Je tricote comme une mamie en regardant des films sauf quand Izzi s’installe sur mes genoux, fait le gros bébé et réclame des câlins.
gra0062-grown-alchemist-skincare-hydra-repair-day-cream-100ml
Crème hydratante de jour Grown Alchemist dont la philosophie proche de celle d’Aesop me plaît bien. J’aime le flacon épuré en verre marron et le bouchon doseur (c) photo : Internet.

Mes achats :

  • A part la crème de jour hydra-réparation au camélia et fleurs de géranium de la marque australienne Grown Alchemist dont j’avais besoin (= je ne le compte pas comme un achat par semaine), je n’ai pas eu le temps (ni l’envie) d’acheter le cadeau pour ma tante, les lacets pour mes bottes, la brosse pour le corps et l’eau de toilette Patchouli de Réminiscence qui peuvent encore attendre.
  • Je me tâte pour acheter une grande théière en verre pour le bureau mais je me dis que c’est l’occasion d’utiliser ma petite théière en céramique coréenne.
  • Idem pour une petite planche à découper en bois. Si un chef de cuisine n’en a pas besoin, je pourrais faire sans, non ?
  • Idem pour le kit anti-cernes de Bobbi Brown. Si je n’en ai jamais eu, pourquoi en aurai-je besoin aujourd’hui ? Bref, vous constaterez que mes achats sont rarement spontanés ;o)

Mes tâches domestiques :

Pour information, mes tâches domestiques sont limitées par le fait que nous avons une femme de ménage qui assure non seulement le nettoyage mais aussi le repassage, merci à elle !

  • Je ferai le compte-rendu de mes tâches domestiques sous la forme d’articles de blog à venir. Cette semaine, j’aimerais cuisiner une recette pas glamour du tout : un pot-au-feu à l’ancienne avec des os à moelle et de la sauce gribiche (une vraie mamie, je vous dis !).
  • Compter le nombre d’ampoules à remplacer et les acheter.
  • Chercher des idées pour ranger les épices et la nourriture en vrac.
HRTF5584
L’étage inférieur est en béton cellulaire ytong et l’étage supérieur en « bois du Père Noël », soit du pin finlandais de Rovaniemi, le village du Père Noël (j’adore cette idée) ! Pour chaque pin abattu, un pin a été replanté. Nous avons choisi cette essence pour respecter l’esprit du chalet de grand-papa Louis : maçonnerie en bas et pin finlandais en haut. Comme ce chalet est en madrier, la construction est « vivante » : le chalet va grandir ou se tasser au fil des saisons et le pin va foncer comme les anses des sacs Louis Vuitton.
IARM1704_edited
L’encadrement des fenêtres est anthracite à l’extérieur et à l’intérieur. Je souhaitais couper avec l’aspect tout bois et donner un aspect contemporain au chalet 2.0.
Processed with VSCO with a6 preset
Le balcon est en teck, bois précieux et imputrescible.

Mes tâches pour le chalet :

Le chalet est tellement beau que j’ai pleuré d’émotion en le découvrant samedi. L’extérieur, à savoir les murs, le toit et le balcon, est quasi terminé (il manque quelques tuiles sur le toit et les crochets à neige ainsi que les portes et la balustrade du balcon) et j’ai enfin pu VOIR à quoi il allait ressembler une fois achevé. La culpabilité que j’éprouvais d’avoir démoli le chalet de grand-papa Louis a laissé la place au sentiment du devoir accompli : le chalet 2.0 est beaucoup plus grand, plus lumineux, plus écologique et plus fonctionnel qu’avant. Il n’y a aucun regret à avoir.

  • Prendre congé vendredi après-midi pour choisir avec Lui du carrelage, des portes, une baignoire, des douches, des lavabos et toute la robinetterie pour les salles de bain. J’attends également le retour de vacances du Polonais qui est patron d’une entreprise de peinture pour discuter avec lui du revêtement des murs de chaque pièce du chalet. Deux avis en valent mieux qu’un !
  • Appeler le cuisiniste pour lui demander d’intégrer une cave à vins et un four à micro-ondes à l’offre que nous lui avons demandée et décider de la couleur des meubles et du plan de travail en granit. La cuisine sera en forme de L avec un frigo standard ou américain, un four pyrolyse autonettoyant, un lave-vaisselle, une poubelle à tri sélectif 3 bacs et un évier sous la fenêtre plus un îlot central doté d’un plan de cuisson et de trois places assises pour prendre les repas et converser avec la personne qui cuisine.
  • Contester une facture d’électricité pour l’ancien chalet qui a été détruit.
  • Demander une ristourne pour le solde en notre faveur du décompte d’eau chaude.
  • Téléphoner à mon cousin qui s’occupe de l’électricité du chalet pour qu’il m’envoie un catalogue de lampes et de luminaires.
  • Choisir une cheminée.

Selon le maître d’œuvre, il faut compter encore 3-4 mois de travaux mais le résultat actuel répond parfaitement à mes attentes.

Planifier la semaine 2

Planifier la semaine 1

Chers amis lecteurs,

En cette première semaine de 2018, je vous souhaite mes meilleurs vœux pour l’année à venir qui ne sera pas forcément mieux ni pire que 2017 mais, comme le disait Gandhi : « Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde » !

J’imagine que Gandhi faisait référence à une mission bien plus élevée et ambitieuse que de gérer ses propres activités quotidiennes mais je crois à la répétition et à l’accumulation des petites actions pour « avancer dans la vie », même si l’on peut légitimement s’interroger sur cette injonction : pour qui, pourquoi et par rapport à qui/quoi ? Que se passerait-il si l’on reculait et régressait ?

Pour l’heure, j’avoue que je n’ai pas envie de me poser ces questions. Je n’ai aucun objectif à atteindre ni de vision à long terme et navigue à vue – à part pour le travail parce qu’on me le demande ;o) – et suis heureuse de prendre les choses les unes après les autres, convaincue que c’est la manière dont j’appréhende l’événement et non l’événement en lui-même qui est importante. Ma parole, je deviens philosophe ;o)

Dans cette logique, je n’ai pas pris de résolutions. J’ai simplement décidé que cette année, je consacrerai mon attention chaque mois à un aspect particulier de ma vie, à commencer par la nourriture en janvier : observer mes habitudes alimentaires, lister mes aliments et mes boissons préférés, les objets que je possède, les produits que j’achète, fréquenter mes endroits favoris, découvrir de nouvelles adresses, choisir des recettes et les préparer, etc., et manger, bien sûr ! ;o) Attendez-vous donc à quelques articles sur le sujet.

Mes rendez-vous :

  • Mon déjeuner hebdomadaire ou presque au restaurant avec ma tante que j’ai revue hier après mes deux semaines de vacances au Costa Rica. Nous avons commandé le plat du jour, soit un petit bol de soupe de légumes, deux brochettes de poulet sauce thaï, de la salade verte et du riz basmati.
  • Un rendez-vous au salon de coiffure Red Room à Lausanne.
  • Une visite de chantier au chalet pour voir l’avancée des travaux pendant mon absence. Il paraît que le chalet a un toit en tuiles (noires, exigées par la Commune) et que les fenêtres sont posées à présent. Par ailleurs, l’escalier que nous avons choisi et qui n’est pas encore monté est magnifique d’après le maître d’œuvre. Je me réjouis de découvrir tout ça !
  • Appeler ma copine Madame pour organiser notre dîner de… Noël. Je ne vous explique pas le retard dans mon planning. A croire que je suis toujours en 2017.
  • Convenir d’une date avec mon Frangin pour fêter… Noël avec la Puce.

Mes plans cocooning :

  • Aller au cinéma. J’ai plusieurs films que j’ai envie de voir : Star Wars, Ferdinand, l’expérience interdite, le crime de l’Orient-Express, Molly’s Game, Tout là-haut.
  • Regarder les séries TV enregistrées : Guerre et Paix et The Last Kingdom, saison 2.
  • Dévorer une galette des rois pour l’Epiphanie.
  • Tricoter un châle/écharpe/gilet… euh ? Je ne sais pas comment appeler le vêtement que je suis en train de confectionner avec la laine de mouton portugais que j’ai achetée il y a deux ans chez Rosa Pomar à Lisbonne (ça date).

Mes achats :

  • Des lacets pour mes bottes Ugg. Si vous vous rappelez, j’ai acheté des lacets trop courts « en attendant » et vais en chercher d’autres qui seront à la bonne longueur cette fois, j’espère !
  • Une crème hydratante pour le visage car je n’en ai plus.
  • Un cadeau d’anniversaire pour ma tante.
  • Une brosse pour le corps.
  • Si j’ai le temps, le parfum Patchouli de Reminiscence que j’adore pour l’hiver même si je trouve que le flacon est hideux.
  • Une bouteille de champagne ou de mousseux pour organiser un apéritif de Nouvel-An au bureau et du Sprite pour le mélanger à la Becherovka, un alcool tchèque à base d’herbes et d’épices que j’ai reçu. C’est un test, on ne sait pas ce que cela va donner avec mes collègues. Ce qui sûr, c’est que nous allons être très « joyeux » après.

Mes tâches domestiques : (en lien avec mon thème du mois de janvier)

  • Faire les courses pour la semaine. Le frigo est vide, hormis un peu de salade, quelques patates douces, un blanc de poulet, du fromage, des œufs, du lait, des crevettes, des petits pois et des frites congelées.
  • Cuisiner un coleslaw, préparer une sauce à salade, parer et blanchir les légumes que j’aurais achetés. Sur ma liste des produits locaux et de saison : chou blanc, radis, carotte, fenouil, mâche et champignons.
  • Ranger ma vaisselle dans le vaisselier et les boissons dans le cellier.
  • Dresser un inventaire de la nourriture en stock dans la cuisine.

Mes tâches pour le chalet :

  • Payer plein de factures reçues pendant les vacances : notaire, électricité, assurance pour la construction, élimination des déchets encombrants, etc.
  • Visualiser l’intérieur du chalet en 3D et choisir le revêtement et la couleur pour chaque paroi : bois, crépis, pierre, carrelage, etc. J’ai des idées mais il s’agit de ne pas se tromper. Pour l’instant, chaque option retenue était la bonne (matériau et couleur de l’escalier, porte extérieure et encadrements des fenêtres et panneaux vitrés), je croise les doigts pour que ça continue.

1019770_w

1019770_w_s1
The Soho Fashion Diary (c) Smythson, mon cadeau de Noël pour bien commencer l’année.
Planifier la semaine 1

Planifier la semaine 48

Processed with VSCO with j2 preset
Je suis accro au chocolat chaud et le meilleur chocolat viennois pour moi de tout Lausanne est celui de la confiserie Lucien Moutarlier avec sa crème riche et onctueuse à souhait. Le chocolat du Barbare était aussi un must mais l’établissement a malheureusement fermé ses portes, sniff.

Je ne sais pas pour vous, mais j’aime bien les lundis. Pas pour me lever la tête dans le c…irage pour aller travailler, on est d’accord. Non, j’aime bien le lundi car c’est le jour où je prends rendez-vous avec moi-même dans un café ou dans un petit bistrot pendant la pause de midi pour réfléchir aux activités de la semaine et les intégrer dans mon emploi du temps (j’adore établir des listes).

La semaine 48 sera plutôt calme. J’ai été malade la semaine passée et me sens encore raplapla. Je n’ai plus de force et j’aimerais bien me débarrasser de ce poids constant qui me barre la tête et qui m’empêche de respirer correctement (merci sinusite et côte froissée).

Mes rendez-vous : 

  • Un déjeuner avec ma tante, la petite sœur de maman, qui est bien seule depuis qu’elle est partie. Nous nous retrouvons souvent dans un petit restaurant de quartier simple mais bon à mi-distance entre son domicile et mon bureau. On s’était dit qu’on mangerait une fondue la prochaine fois mais je ne suis pas sûre que mon pauvre estomac bourré d’anti-inflammatoires soit déjà d’attaque pour ce plat lourd et rustique…
  • Un déjeuner d’anniversaire de deux collègues au restaurant. Un potage et une salade m’iront très bien à moins que je me laisse tenter par l’assiette du jour.
  • Un dîner avec ma copine Madame au restaurant (encore) que j’ai reporté la semaine passée. Elle doit m’apporter une bougie que j’ai achetée pour le chalet et on va discuter de notre prochaine journée « mamie-tricot-netflix ».
  • Un déjeuner à la maison avec la famille de Lui. Pas encore d’idées pour le menu mais comme c’est Lui qui cuisine… ;o)
  • Une prise de sang chez mon médecin généraliste pour le contrôle annuel. Je déteste aller chez le médecin ou à l’hôpital mais mon dernier check-up remonte à 2015 et la santé, c’est la base.
  • Un rendez-vous beauté au salon de coiffure Red Room.

Mes plans cocooning (je n’ai eu que des plans cocooning ces derniers jours, j’étais au fond du lit ! ;o)) :

  • Regarder Demain de Mélanie Laurent et Cyril Dion ce soir sur la RTS.
  • Visionner les épisodes enregistrés de Pitbulls et Prisonniers, une série qui montre le dur travail au quotidien de Tia Torres au chenil de Villalobos à la Nouvelle-Orléans. En recueillant les pitbulls et autres chiens errants et en formant les prisonniers en liberté conditionnelle, Tia et sa famille leur donnent une seconde chance à tous.
  • Défaire mon écharpe en tricot car elle ne me plaît pas, la laver et faire des pelotes. Continuer mon tricot avec la laine écrue brute achetée à Lisbonne.
  • Voir Coco, le dernier film de Disney au cinéma.
  • Choisir mon dessert pour dimanche, jour du gâteau et des douceurs.

Mes achats : 

  • Des lacets pour mes bottes Ugg avant qu’ils cèdent (cela devient urgent).
  • Des croquettes Oral Care pour garder les dents de la petite Izzi bien propres.
  • Du chocolat noir en poudre pour mes chocolats chauds maison.
  • Une tisane de Noël et des sachets de thé vides à remplir moi-même pour le bureau chez Aventure Thé, ma boutique de thés préférée à Pully.

Mes tâches domestiques : 

  • Bouillir les épis de maïs à consommer nature ou avec du beurre de kimchi.
  • Préparer une salade avec le kale vert et rouge acheté samedi au marché de Lausanne.
  • Poêler les champignons avec du persil, ail et échalote.
  • Lister les ingrédients pour cuisiner un Croque-Olympe la semaine prochaine : pain de mie, oignons, anchois, pecorino, beurre salé et huile d’olive.
  • Ranger le cellier : recycler les journaux et les verres, aligner les bouteilles et les produits de nettoyage comme dans les rayons des magasins (j’ai du temps à perdre), noter les produits qui manquent et passer une commande, réfléchir à comment je pourrais optimiser l’espace.
  • Demander à la conciergerie du Lausanne Palace s’ils auraient retrouvé mes gants. Je n’ai qu’une paire et je suis encore capable de la perdre :o(
  • Prendre rendez-vous avec le garage pour le service de Luigi. L’amener au lavage avant ?

Mes tâches pour le chalet : 

  • Finaliser le dossier avec la banque et le notaire.
  • Trouver le no de téléphone d’une habitante du village qui loue un appartement dans son chalet sur Airbnb pour le maître d’oeuvre afin qu’il puisse avoir un contact direct.
  • Discuter de l’alignement de chaque fenêtre par rapport au mur extérieur ou intérieur avec le maître d’oeuvre et repositionner la baignoire dans la salle de bain du niveau inférieur.
  • Régler la question de la taxe sur le raccordement électrique et payer les taxes provisoires de raccordement à l’eau et aux égouts à la Commune.
  • Organiser une fondue avec les cousins et l’équipe sur le chantier avant Noël pour les remercier pour leur travail.

Mon prochain voyage : 

  • Vérifier mon carnet de vaccination.
  • Trouver un répulsif anti-moustiques efficace.

J’écrivais plus haut que cette semaine serait plutôt calme mais elle sera bien remplie aussi !

Planifier la semaine 48

Ranger les vêtements

Sur le marché, il existe plein de théories pour avoir le minimum de vêtements possibles : la garde-robe capsule, the 333 project, la méthode Konmari de Marie Kondo que je n’ai pas lue mais dont on trouve toutes les informations utiles sur Internet, Zero Waste Home de Mme Béa, 99 objets nécessaires et suffisants de Dominique Loreau, La Parisienne d’Inès de la Fressange, The One Hundred de Nina Garcia, etc., etc.

On peut donc se prendre longtemps la tête sur la quantité de vestes à posséder, si on peut porter une marinière avec un jean blanc, un Trench et des mocassins bijoux roses (oui), s’il faut décliner le blanc, le noir et le gris pour tous ses basiques (tristounet, non ?) et si la foudre va s’abattre sur nous si on n’a pas de sac en cuir de reptile.

Pour moi, l’important est moins de savoir si mon armoire serait validée par Inès de la Fressange (non, parce que je n’ai toujours pas de ballerines, ni de marinière, ni de jean blanc, ni de joncs en strass, pauvre fille), par Cristina Cordula (ma chérrrriiiie, ma chériiiie, c’est une vraie catastrophe) ou par une blogueuse minimaliste, que de renfermer uniquement ce que j’aime et que je prends du plaisir à porter au quotidien.

IMG_9557
Je suspends les jupes, les robes, les chemisiers, les vestes et les manteaux sur des cintres en bois et plie soigneusement les habits « mous » (pulls, pantalons, jeans) dans des boîtes en tissu et en cartons, façon Marie Kondo. A noter qu’il me reste de la place pour de futurs achats puisque les boîtes à droite sur l’étagère supérieure sont vides ;o)
IMG_9561
Je range par catégories de vêtements et par couleurs : les manteaux et les vestes à droite, puis les chemisiers, les robes et enfin les jupes

En tout et pour tout, l’entier de ma garde-robe, toutes saisons confondues, tient dans une petite armoire à deux portes tandis que les sous-vêtements et les accessoires sont stockés à part dans un tiroir. J’ai cessé de compter le nombre de robes, de jupes, de pantalons que je possède mais je sais exactement où ils se trouvent et ne perds pas de temps pour m’habiller ou pour préparer ma valise quand je pars en voyage.

Mes vêtements sont disparates et correspondent à mon mode de vie : les pulls en grosses mailles côtoient les robes de cocktails, les vestes strictes de bureau le chemisier blanc à froufrous, la doudoune matelassée le débardeur en cachemire… Je n’ai pas de stratégie dans mes achats. Comme vous le savez, j’essaie d’éviter les grandes chaînes de prêt-à-porter et préfère aller dans des boutiques plutôt que de commander sur Internet. Je dis bien « j’essaie » car ce n’est pas évident et j’aime toujours Maison Standards.

Processed with VSCO with a6 preset
Une photo de la petite Izzi en train de me surveiller dans mon rangement ou plutôt attendant patiemment que je veuille bien jouer avec elle ! ;o)

Quant au rangement, je m’inspire des photos et vidéos de Marie Kondo sans m’encombrer de ses idées naïves et gentillettes sur la souffrance causée aux chaussettes roulées en boule ou au grand chagrin éprouvé par le T-shirt troué dont on se sépare. Je suis sans cœur, c’est fou.

A présent, est-ce qu’il m’arrive de ne pas « savoir quoi me mettre le matin » ? Oui, évidemment ! :o) Parfois, je suis limitée par le peu de vêtements que je possède entre deux lavages, parfois, je n’ai pas ce qu’il me faut comme par exemple, un maillot de bain que je dois absolument remplacer pour les prochaines vacances (j’en avais un que j’ai jeté car il s’est détendu), parfois j’en ai marre de porter toujours la même chose.

IMG_9559
J’ai souvent lu dans des forums des femmes qui demandaient : « Oui, mais comment faire du rangement à la maison si le reste de la famille ne suit pas ? » Hé bien, je n’ai pas attendu sur Lui pour faire du rangement. Je me suis simplement occupée de mes affaires et lui ai montré comme tout était impeccable dans mon armoire une fois que j’avais terminé. Cela l’a certainement motivé pour faire du tri à son tour puisqu’il est parti donner ces trois sacs pleins à craquer à une association. A noter quand même que Lui déteste le désordre, ça aide !

Cette année, en plus d’un maillot de bain, j’ai besoin de T-shirts (ça devient urgent, je pique ceux, trop grands, de Lui), d’une jupe droite au-dessus du genou (je n’ai que des minis jupes, ça ne va pas. A voir) et de 2 robes fluides pour le travail et ce sera à peu près tout, je crois.

Ranger les vêtements

Ranger les affaires de papa et maman

Il y a quelques jours, je me faisais la réflexion que je n’avais rien accompli depuis une année.

Puis, je me suis rappelé que j’avais liquidé la succession de papa et maman et avais trouvé le temps de travailler sur les plans de reconstruction du chalet de grand-papa Louis.

J’ai également rempli mes objectifs professionnels à la satisfaction de mon employeur mais cet aspect-là de ma vie est ce qui m’intéresse le moins en ce moment. Je suis bien plus qu’un titre sur une carte de visite.

Alors que les faits semblent me contredire, j’ai toujours l’impression de naviguer à vue dans le brouillard. J’exécute les choses car je dois les faire mais je n’arrive plus à rêver ni à me projeter dans le futur.

La mort de papa et maman m’a amenée à accepter une logique implacable : on naît, on vit et on meurt, point. Il n’y a rien de triste ni de dramatique dans cette constatation, c’est notre lot à tous. Même si je n’ai aucune idée de ce que je vais devenir et que cela m’est complètement égal, j’aime l’histoire de mes parents qui se termine comme dans les contes de fée : ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup… euh, plutôt, deux enfants ! ;o)

Mon Frangin et moi avons gardé très peu d’affaires de nos parents. Seulement ceux qui avaient de la valeur et/ou du sens à nos yeux :

  • Une tête d’ange en bois provenant de la cure de la congrégation du Grand-Saint-Bernard (oui, l’ordre religieux qui élevait les chiens Saint-Bernard à l’hospice du même nom) que maman avait reçue d’un chanoine. Nous l’exposerons au-dessus de la porte d’entrée du nouveau chalet.
  • Deux petites figurines représentant papa et maman que je leur avais apportées un jour en leur disant que je les aimais de tout mon cœur.
  • Ma bougie de baptême dont je ne sais que faire mais qui était importante pour mes parents. Le seul regret de maman était de n’avoir pas su nous garder dans la religion catholique, mon Frangin et moi. Je lui ai expliqué que je ne croyais pas en rien, je ne pratique pas, c’est différent.
  • Plusieurs médailles de papa dont on veut se débarrasser avec le Frangin, qui représentent le genre de « komono » (c) Marie Kondo qui ont suffisamment de valeur pour ne pas être jetées mais pas assez pour justifier le temps consacré à les vendre… On le donnera à une association caritative si personne ne veut les acheter.
  • Les papiers officiels et les documents qui ont jalonné l’existence de papa et maman : passeports, livrets de notes, carnets de dépôt et livrets d’épargne obsolètes à la banque, lettres d’amour (papa et maman s’aimaient d’amour, le grand, le vrai, l’unique. Je pleure chaque fois que j’essaie de les lire, c’est tellement difficile émotionnellement pour moi que j’ai laissé tomber après 3 pages), des photos noir et blanc de leur jeunesse et de personnes que je ne connais pas, le voile de mariée de maman, la pipe de papa… Tous ces objets seront conservés avec leurs alliances dans une boîte spéciale dédiée à leur mémoire que j’amènerai au chalet.

DSC03884

Ranger les affaires de papa et maman