Un achat par semaine no 9

Turn
Studio Schweiger & Viererbl
Skantherm

*****

Les « ceusses » ;o) qui me suivent depuis un moment savent que je me suis limitée à un seul achat par semaine, une idée ridicule puisque je ne sais pas pourquoi je le fais. En tout cas pas pour économiser puisque mes achats peuvent être un rouge à lèvres ou des meubles de designers hors de prix, ce qui n’a rien à voir en terme de coûts.

Le seul avantage de cette méthode, c’est que je n’ai plus du tout envie de faire les magasins (quoique The Madame Wife m’a motivée pour dénicher de belles pièces aux puces ou pour acheter une jupe plissée pour cet automne ;o)) et que je pense plus à investir dans des objets qui vont durer dans le temps plutôt qu’à satisfaire des envies immédiates comme le sac à main Cult Gaia à EUR 247 qui est très beau mais que l’on voit partout, ce qui explique pourquoi je ne l’ai pas :o)

Puis, il y a le chalet. Comment suivre ma règle d’un achat par semaine quand mon frère, qui participe à moitié pour les frais (merci Frangin) et moi, devons prendre en charge les coûts du matériel de construction : pin finlandais de Rovaniemi, le village du Père Noël, blocs de béton ytong, pompe à chaleur, etc., etc. ? Je ne vais pas consacrer un article à vous parler de carrelage ou de cuvettes de WC, même si ce sont des cuvettes coréennes spéciales qui lavent le cucul et le bonbon des filles, sèchent le fondement en émettant de l’air chaud et éclairent la nuit avec un système de leds intégrés, si ? :oP

J’ai donc décidé qu’il y aura un achat par semaine numéro je-ne-sais-pas-combien qui sera dédié au chalet dans sa globalité. Il y a cependant des éléments que j’ai dû acheter seule car le Frangin, qui est super cool en me laissant décider de l’aspect esthétique du chalet, n’est pas d’accord de me suivre dans tous mes délires comme, par exemple, ce poêle à bois Turn pivotant à 360 degrés du studio allemand Schweiger & Viererbl.

Mon Frangin (qui est un gars pratique) : On n’a pas besoin d’une cheminée puisqu’on a une pompe à chaleur.
Moi : Oui, mais un chalet sans cheminée, n’est pas un chalet ! Pense aux longues soirées d’hiver quand tu rentreras frigorifié d’une journée de ski et qu’un beau feu de cheminée rougeoyant dans l’âtre t’attendra pour réchauffer tes doigts gourds et au bonheur que tu éprouveras d’étirer tes jambes chaussées de grosses pantoufles en laine sur la peau d’ours (vas-y, aligne les clichés) !
Mon Frangin : On n’en a pas besoin, je te dis.
Moi : Et comment tu feras pour griller les cervelas, les châtaignes et les marshmallows, hein ?
Mon Frangin : Bof.
Moi (les yeux pleins d’étoiles) : Dis oui, c’est tellement romantiiiiique !
Mon Frangin : Non.
Moi (essayant le chantage) : Si tu acceptes, je participerais à l’achat du jacuzzi !
Mon Frangin : Toujours pas.
Moi (à bout d’arguments) : Bon, bah, puisque c’est comme ça, je l’achèterai toute seule la cheminée, na !

Je dois admettre que mon Frangin a raison, ce poêle à bois ne servira à rien si ce n’est à faire joli dans le chalet. Il constitue toutefois une pièce maîtresse forte grâce à son design carré très germanique, ses proportions équilibrées et son aspect résolument moderne. Il est au chalet ce que des escarpins vertigineux sont à une chute de rein moulée dans une robe fourreau : une touche d’élégance et de classe.

Ce poêle a aussi provoqué des dialogues de sourds et nombre de fou-rires au téléphone avec le patron de LMD Services Sàrl en raison de l’ambiguïté des mots poêle et poil :

Moi : J’ai trouvé le poêle/poil qu’il me faut : un poêle/poil allemand, hihihi !
Patron de LMD : Avez-vous aussi regardé des poêles français ou italiens ?
Moi : Oui, mais je préfère le poêle/poil allemand. Il est plus design. Je n’aime pas les poêles/poils classiques, hahaha !
Patron de LMD (qui se dit que je suis grave barrée mais reste poli) : Je peux essayer de trouver ce poêle en Suisse si vous voulez. Il faut s’assurer que ce soit un poêle homologué ;o)
Moi : Oui, bonne idée, c’est toujours mieux de consommer local. Mouahahahaha !!!

La construction, ça peut être très… poilant ! ;o)

p-turn-turn-01-bturn-1

(c) All photos: Skantherm.

Un achat par semaine no 9

Fêter le 1er août, jour national de la Suisse

(Je reprends mon blog après une longue interruption. Merci à tous de me suivre encore et d’être aussi fidèles !)

Dans l’avion qui me ramenait de Séoul qui est en Corée du Sud et pas en Corée du Nord comme certains me le demandent parfois (Corée du Sud = Kpop, cosmétiques trop mignons, barbecue, drama, Samsung, LG, Hyundai, Daewoo, hommes coiffés comme des Playmobil ; Corée du Nord = Kim Jong Un), je me demandais pourquoi je rentrais en Suisse puisque ma véritable raison d’y être n’y étaient plus : papa et maman. Sans eux, je n’aurais pas de passeport rouge à croix blanche ni de prénom et de nom helvétiques.

Je me disais que je n’étais pas tout à fait coréenne non plus. Bien qu’il me reste une mère et mon deuxième petit frère ainsi que de la famille à Séoul, je me sens étrangère à mon pays d’origine malgré des liens profonds et sentimentaux. Je n’ai pas la même vie ni les mêmes préoccupations que mes anciens compatriotes qui n’aiment pas réfléchir aux questions existentielles et qui sont dans une logique de développement et de progression économique, de (sur)consommation et de réussite sociale à tout prix, ce qui s’explique par leur histoire tourmentée : la colonisation japonaise de 1910 à 1945 et la guerre de Corée de 1950 à 1953 qui a transformé le pays en champ de ruines. Il faut rappeler que la Corée faisait partie des pays les plus pauvres du monde à cette époque.

Toutefois, mes réflexions sur mon identité ont été stoppées net quand mon Frangin qui n’en rate jamais une, m’a dit que j’étais une « banane » : jaune dehors et blanche dedans ! :o)

En tant que banane, j’ai été très fière de présenter le chalet 2.0 en chantier à tante Williamine et à mes cousines hier, jour de la fête nationale suisse. Papa et maman ne sont plus là mais je suis heureuse de voir les réactions positives de ma famille quand ils le visitent pour la première fois, de les entendre s’exprimer sur la beauté du mur en pierre et sur l’effet « wow » du salon et de la salle à manger à l’étage, d’écouter les souvenirs des uns et des autres (à ce sujet, cousine C. a eu une super idée : demander à chaque membre de la famille d’amener une photo ou un objet qui lui rappelle une histoire au chalet de grand-papa lors de la pendaison de crémaillère) et de constater qu’ils s’y projettent déjà pour jouer à la pétanque ou pour aider à constituer une cave digne de ce nom avec des vins valaisans :o)

Le chalet n’est pas et ne sera jamais ma maison mais il symbolise mon point d’ancrage en Suisse, mon pays d’adoption et mon pays tout court. C’est un endroit que je souhaite rassembleur, ouvert sur le monde, où la famille et nos amis auront du plaisir à se retrouver pour passer plein de bons moments dans la joie, les rires, la bonne nourriture et un peu (beaucoup ?) d’alcool ;o)

Vive la Suisse et vive le chalet des bananes !

EHDUE6506_edited

SMKRE3731
Le chalet 2.0 est réalisé par LMD Services Sàrl. Nous n’aurions pas pu trouver mieux !
Processed with VSCO with j2 preset
(c) photo : Dana

SMJVE3349

Fêter le 1er août, jour national de la Suisse