Revenir en soi

IMG_0528

Cela fait deux semaines que j’ai disparu volontairement des réseaux sociaux. J’ai réalisé que j’avais un grand besoin de me recentrer et que l’image narcissisante projetée sur Instagram ne répondait plus à mes envies… momentanées ou durables, je ne le sais pas encore.

Avec le recul, je pense qu’un certain nombre d’éléments m’ont amenée à ce désir d’ancrage. Je n’ai pas eu le temps de faire le deuil de mes parents (le fait-on d’ailleurs un jour ?) puisque j’ai dû régler leurs obsèques et la liquidation de leurs biens en un temps record avant de m’envoler pour Rio de Janeiro où je suis restée un mois puis, j’ai enchaîné avec la Chine, le Cap-Vert, Lisbonne, Paris, Lyon, le Japon et Milan tout en poursuivant le projet de destruction/reconstruction du chalet de mon grand-père.

Je suis tout le temps « ailleurs » et la tête dans le guidon, pas étonnant que j’éprouve l’urgence de m’enraciner quelque part et de me concentrer sur l’instant présent.

Pendant cette période cahotique, je disais à qui voulait bien m’entendre, que mon plus grand rêve était d’avoir un chien, un chat et un rongeur, c’est la recette du bonheur © Volt, Walt Disney, trois poules (qui s’appelleraient Chickychick, Poupoule et Kieppikip ;o)) et un âne qui, bien que peu réaliste et incompatible avec mon mode de vie actuel, symbolisait cette envie de « revenir à la terre » et aux sensations du corps, moi qui ai tendance à dissocier le mental, l’intellect et le physique sans me préoccuper de mes émotions dont je ne sais que faire.

Pour y arriver, je ne compte pas me lancer dans d’obscures pratiques ésotériques qui n’ont jamais été ma tasse de thé mais pratiquer plutôt des activités qui font travailler le corps ou qui lui font du bien comme la marche, les massages, les étirements, la cuisine saine, créer du lien avec ma famille et mes amis et pourquoi pas mettre les mains à même la terre pour jardiner par exemple. Faire de la place à la vraie vie porteuse de sens, en somme.

Revenir en soi