Papa et Maman

aIMG_5047

Le 6 mai 2015, nous perdions papa. Le 26 mars 2016, maman partait le rejoindre.

Difficile pour moi de reprendre mon blog sans évoquer la disparition de mes parents. Je ne me voyais pas publier mes articles comme « un achat par semaine », « eat, pray, love » ou mes compte-rendus de voyages en toute insouciance sans rendre hommage à mon papa et à ma maman à qui je dois tout et qui ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Il arrive en effet que le chant des oiseaux, la contemplation des cerisiers en fleurs ou les senteurs du jardin après une averse ne suffisent pas à combler le vide laissé par une personne aimée.

Je ne cache pas que je suis encore sous le choc de la mort de maman et que j’ai encore de la peine à réaliser que mon Role Model, dont les conseils m’étaient si précieux, s’en est allée définitivement. A ceux qui me demandent avec compassion si ce n’est pas trop dur de pleurer les décès de papa et de maman dans un temps aussi court, je réponds que s’ils étaient morts dans 5 ans ou dans 10 ans, la peine aurait été la même.

La peine mais aussi la joie et la reconnaissance, aussi surprenant que cela puisse paraître. Je suis heureuse d’avoir connu papa et maman, qui nous ont aimés, élevés et éduqués, mon Frangin et moi, je suis reconnaissante de tout ce qu’ils nous ont donné depuis le premier jour de notre arrivée en Suisse jusqu’à leur fin à l’hôpital. Les dernières paroles de maman ont été de « faire ce qu’il y avait à faire » pour les travaux de rénovation du chalet et de nous reprendre pour ne « pas alerter et inquiéter tout le monde » alors que j’étais en larmes, le médecin nous ayant informés qu’elle n’en avait plus que pour quelques heures à vivre.

Grâce à papa, j’ai compris que la mort pouvait être rapide et sans douleur, un jour on vit, l’autre jour on meurt ; grâce à maman, j’ai compris qu’on avait le choix et qu’on pouvait décider plus ou moins quand et comment on voulait mourir (sans Exit) ; grâce à mes parents, j’ai appris que la mort n’était pas cette grande faucheuse impitoyable aux longs doigts glacés mais un instant de la vie aussi intense, profond et bouleversant qu’une naissance ; grâce à eux, j’ai appris à ne plus en avoir peur.

Cet ultime cadeau me permet d’exorciser toute angoisse quant à ma finitude et m’ouvre tout le champ des possibles pour mener mon existence à bien. La mort n’est pas la fin de la vie mais la vie est l’histoire de la mort. On ne sait pas d’où l’on vient ni où l’on va mais dans cette intervalle tridimensionnel lié au temps et à l’espace, il me reste des personnes à aimer, des bonheurs à partager, des leçons à apprendre et plein d’occasions pour grandir et m’épanouir.

Maman, Papa, je vous aime. Pour toujours ❤

Papa et Maman

13 réflexions sur “Papa et Maman

  1. Angelique dit :

    C’est tellement émouvant ce que tu écris, je partage ta tristesse, mais où qu’ils soient je suis sûre qu’ils sont fiers de toi. Je t’envoie de douces pensées et meme si rien ne remplace l’amour parental, sache que nous t’aimons très fort aussi.

  2. La mort fait partie de la vie. Mon ami me le répète souvent , que la mort n’est pas une chose triste en soi, que c’est le cycle de la vie. Mais les mots sont si plats devant le chagrin de la perte des personnes qu’on aime le plus au monde, devant la maladie.

    Je te présente toutes mes condoléances. Et je t’admire beaucoup pour ton courage et ta dignité. Tes lignes étaient très belles et apportent même du réconfort alors que ce serait plutôt à nous de te réconforter.

    Bon courage.

    1. Je te remercie pour ton message, d’autant plus que je ne sais jamais quoi trop dire ou écrire à une personne qui est dans le deuil. J’ai eu de la chance d’avoir les parents comme les miens, c’est ce qui m’aide et me tient, leurs souvenirs évoquent de la joie pour moi plus que de la peine. Bisous.

  3. Anne M dit :

    Ton hommage à tes parents est magnifique et très émouvant…ils seront toujours dans ton cœur et l’amour, les valeurs, l’éducation, la force et la joie de vivre qu’ils t’ont donnés t´aideront à surmonter ton chagrin et à retrouver le bonheur.
    Je t’envoie une brassée d’ondes chaleureuses et réconfortantes pour alléger ta tristesse et ta peine.
    Je pense fort à toi et à ton frère. Bises

  4. maereva dit :

    C’est super que tu réussisses à surmonter ça, à mettre des mots dessus et à en parler librement, sans filtres. C’est une belle preuve d’amour que tu leur écris là et une belle leçon de vie que tu as réussi à acquérir et à entrevoir malgré la tristesse. Je pense à toi et à ta famille et je vous envoie mes plus sincères condoléances. Ça fait très formel mais c’est aussi très vrai.

    1. Je te remercie pour tes condoléances. Tout ce que j’ai vécu avec mes parents étaient extraordinaires, ils m’ont tout appris même à regarder la mort en face et c’est grâce à eux que je suis sereine aujourd’hui. Bisous.

  5. canal magalie dit :

    Bonjour, on ne se connait pas mais je suis ton blog avec grand plaisir depuis un bon moment maintenant, je voulais juste te dire que tes mots d’amour pour tes parents m’ont beaucoup touchee, j’ai egalement perdu ma maman il y a quelques annees et je comprends ce melange de sentiments, je t’envoie plein de pensees chaleureuses ainsi qu’a ton frere et a la puce (j’aime beaucoup ce petit nom si mignon) a tres bientot de te lire, prends soin de toi. Magalie

    1. Bonjour Magalie, je te remercie pour ton message. C’est extrêmement difficile de perdre une personne aimée mais je me console en me disant que certaines personnes n’ont pas la chance que j’ai eue d’être autant aimée par mes parents et de les avoir aimés en retour. Je suis désolée pour toi pour la perte de ta maman mais je suis sûre qu’elles doivent être « quelque part » à veiller sur nous. Je t’embrasse.

  6. The MarSienne dit :

    C’est très beau ce que tu dis et très juste! Je suis impressionnée que tu arrives à avoir autant de recul sur ces épreuves de la vie. On ne sait jamais comment on va réagir dans des moments difficiles mais parfois on se surprend soi-même de comment on arrive à réagir de la bonne façon.
    De tout coeur avec toi.

    1. Merci Marsienne. Tu sais, ma maman m’a donné l’exemple à suivre. Elle ne s’est pas plaint une seule fois de son cancer ni n’a eu peur de mourir alors qu’elle savait que sa fin était proche. Si elle a réagi de cette manière, je me voyais mal être plus démoralisée qu’elle. Au contraire, je me rappellerai de son courage et de sa manière d’être le jour où cela m’arrivera et bizarrement, ça m’est d’un grand réconfort. Bises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s