Après

IMG_5139
Ce coeur en bois est le dernier cadeau que maman a reçu à l’hôpital. Il lui a été offert par la femme de mon parrain, sa meilleure amie. N’étant pas des « fétichistes » selon mon Frangin, nous avons gardé très peu de choses de nos parents, seulement ceux qui ont du sens pour nous. Ce coeur fait désormais partie de mes porte-bonheurs

Il y a trois semaines, je racontais à maman au téléphone combien j’étais heureuse de passer une nuit chez ma chère Coco and Co à Lyon. Je l’ai sentie plus distante que d’habitude, plus fatiguée aussi, mais j’étais loin de me douter qu’elle allait s’éteindre deux téléphones et une dernière conversation plus tard.

Trois semaines, c’est comme si c’était hier.

Trois semaines, c’est aussi 21 jours où je me sens détachée de tout, où j’ai l’impression de suivre le mouvement et de parer au plus pressé parce qu’il le faut, où je vivote et me regarde fonctionner en spectatrice, sans être présente ni impliquée dans mes activités quotidiennes. Comme anesthésiée.

Beaucoup me disent à quel point je suis courageuse ; au travail, on me remercie d’avoir repris mes fonctions aussi vite alors que j’aurais pu m’absenter pendant mes trois jours de congé officiel en cas de décès, mais je ne fais preuve ni de force de caractère ni de professionnalisme. Je suis juste incapable de m’effondrer en public.

Je pleure partout mais seule. Dans ma voiture, sous la douche, dans l’ascenseur, sous la pluie qui a l’avantage de dissimuler les larmes, dans la rue quand je marche pour partir ou rentrer à la maison… Je n’ai pas honte de mon chagrin mais je le garde pour moi.

Puis, je souris parce que je me rappelle maman qui aurait qualifié mes larmes « de crocodile » et m’aurait traitée de « tocalette* » à coup sûr ;o)

J’apprends également plein de choses comme l’organisation des funérailles (je m’étais occupée de celles de papa pour soulager maman, je savais donc quoi faire pour elle) ; le vrai prix des objets et de ce qui est recherché sur le marché : les peintures de paysages du XIXème siècle et des siècles précédents ou, pour les artistes contemporains, correspondant à un mouvement précis en Art, les meubles en bois précieux (acajou, ébène…), la haute horlogerie (Patek Philippe, IWC, Blancpain… Omega et Tissot n’ont quasi aucune valeur), la haute joaillerie, les grandes marques intemporelles du luxe (Hermès), les appareils de photo mythiques (Leica et Hasselblad. Inutile d’investir dans du Canon ou du Nikon qui se déprécient d’année en année), les lustres je-ne-sais-plus-quoi que les parents ont à la maison ; la gestion du courrier administratif pour régler les questions de succession, etc.

Je passe de chouettes moments aussi. Avec mon Frangin pendant nos nuits de tri chez nos parents quand on rigole en tombant sur un objet bizarroïde (papa était un intellectuel et un scientifique et possédait des instruments de mesure dont on ignore la fonction) et avec ma tante, nouvelle dépositaire de la mémoire familiale, lorsque l’on découvre de vieilles photos d’enfance de maman ou les lettres d’amour de papa que nous lirons ensemble calmement à l’occasion d’un goûter, une fois que tous les biens seront liquidés.

J’ai aussi très envie de revoir ma famille et mes amis. Certains rendez-vous sont fixés avec des cousines, d’autres sont à organiser comme, par exemple, une journée au chalet en Valais avec nos proches quand il fera beau, afin de dire au revoir à l’habitation construite par grand-papa Louis avant sa transformation/rénovation (nouveau projet). J’ai également à cœur d’inviter Lui, mon Frangin, ma tante et la Puce, si elle en a envie, à un déjeuner au restaurant du Royal-Savoy, le nouveau 5 étoiles de Lausanne, pour tenir la promesse que j’avais faite à maman de l’y emmener dès qu’elle serait sortie de l’hôpital…

Ensuite, il y aura plein de voyages, de plaisirs, de gourmandises, de caprices fantaisistes, de fêtes à célébrer, de tricots inachevés et de vie qui continue !

Je vous remercie tous et toutes du fond de mon coeur pour vos messages de soutien et vous informe que je vais bien ❤

*Tocalette : forme gentille du mot « toque » en patois valaisan pour dire d’une fille qu’elle est bête/nunuche.

Après

8 réflexions sur “Après

  1. Anne dit :

    « Tocalette », tu ne vas pas si bien que çà mais c’est normal. ce blog est ton exutoire et tu l’utilises dans un touchant mélange entre pudeur et confidences, faux détachement et vraie générosité. Bon courage pour affronter, après toute cette période d’activité imposée, les instants où leur absence te surprendra sans prévenir. Respectueusement,

  2. Angelique dit :

    Tu es très humble, car être incapable de s’effondrer en public, c’est une force de savoir maitriser ses émotions et ce n’est pas donner à tout le monde. Et je te trouve très courageuse, aussi car tu as beaucoup de choses à faire et tu arrives à tout gérer malgré le chagrin. Tu es pour moi une très belle personne au sens propre comme au sens figuré. je t’envoie plein de douces pensées.

    1. Je me suis effondrée en public à la fête d’anniversaire d’un ami et cela a surpris encore plus les gens car je ne ne montre jamais rien de mes émotions en général. Si je me retiens, je crois que c’est parce que je ne sais pas bien gérer les marques d’affection que je reçois. Je te remercie en tout cas pour tes belles paroles qui sont un baume pour le coeur. Bisous.

  3. Patricia dit :

    je t’écris seulement maintenant car j’avais énormément de mal les premiers jours….je me reconnais dans ce que tu écris, et suis très émue mais aussi réconfortée par tes posts. C’est en effet un grand choc et un grand vide, pour moi c’est la perte de cet amour inconditionnel que je pouvais lire dans les yeux de mon papa dont j’ai tant reçu. Mais comme toi, impossible de m’effondrer en public, ma cheffe m’a aussi dit que j’aurais pu prendre la semaine, mais à quoi bon, j’étais bien mieux dans mon environnement de travail avec mille problèmes à gérer que chez moi à ressasser en boucle…par contre les nuits sont plus difficiles…mais il y a tant de bons souvenirs que j’aime aussi à évoquer qu’ils finiront par remplacer la tristesse. Quelle chance nous avons eu de les connaitre et de les avoir comme parents/papa…et malgré tout lorsque j’étais en famille en Belgique, j’ai pu renouer avec des cousins et cousines que je n’avais plus vu depuis plus de 10 ans faute de temps, rdv est donc pris pour un BBQ cet été, comme quoi papa qui a toujours joué le rôle de fédérateur continue à rassembler. Merci encore pour le partage 🙂

    1. Nous avons un parcours de vie assez similaire et je suis heureuse d’apprendre que tu as été aussi accueillie par des parents extraordinaires ! J’ai commencé à resserrer les liens avec ma famille parce que j’en avais assez de ne les voir qu’aux enterrements même si mes parents étaient des solitaires. Avec mon frère, nous allons organiser une journée au chalet avec les cousins et les cousines qui y ont également des souvenirs d’enfance avant de commencer les travaux de rénovation. Prends soin de tes enfants et crée leur de beaux souvenirs, c’est ce qui leur restera de toi ! J’espère que tu vas bien. Gros bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s