Chercher l’inspiration chez Jeong Kwan

Continuons sur la lancée de mes sources d’inspiration. Comme vous pouvez le constater, mes icônes à moi ne sont pas des blogueuses mode ni de beauté, ni même des « influenceuses » sur les réseaux sociaux, mais des femmes qui ont pour point commun de faire la popote ;o)

Aujourd’hui, j’aimerais vous présenter Jeong Kwan, une nonne bouddhiste coréenne encensée par les plus grands chefs du monde : René Redzepi du Noma à Copenhague, Eric Ripert du Bernardin à New York, Mingoo Kan du Mingles à Séoul, entre autres. Traumatisée par la mort de sa mère, Jeong Kwan a décidé d’entrer dans les ordres à 17 ans pour éviter de devenir maman et d’avoir à infliger à son enfant cette douleur terrible qui a déchiré son cœur à jamais.

Depuis qu’elle est entrée au temple de Baekyangsa, elle a consacré toute sa vie à la méditation, au jardinage et à la cuisine de monastère, une cuisine vegan sans ail, oignon, cébette, poireau et ciboulette peu propices à un esprit calme et détendu. Elle cultive ses fruits et ses légumes sur un lopin de terre sans clôture ni pesticides (et tant pis si la moitié de la récolte est mangée par les bêtes, c’est le jeu ma pauvre Lucette), prépare ses propres sauces quitte à attendre 10 ans pour obtenir de la sauce soja (!) et met le dharma en pratique en apprêtant les produits de la terre avec conscience et savoir-faire.

Loin de moi l’idée de devenir nonne. Je suis bien trop vaniteuse pour me raser les cheveux (mon crâne n’est pas aussi beau que celui de Jeong Kwan) et j’aime trop la séduction et la compagnie des hommes pour renoncer à eux et à mon petit confort matériel. Ce qui me séduit et me trouble à la fois chez Jeong Kwan, c’est la sérénité qu’on lit sur ses traits. Comment fait-elle pour être pleine d’énergie alors qu’elle ne dort que 3 heures par nuit ? N’éprouve-t-elle jamais de ras-le-bol face à la monotonie de ses journées et n’a-t-elle jamais envie de voir ce qui se passe ailleurs ? Comment gère-t-elle ses désirs de femme et les pulsions de son corps ? Trop de choix et de possibilités tuent-t-ils la paix et l’harmonie intérieures ?

Me connaissant, ce n’est ni la méditation ni la religion qui vont apporter de réponses à mes interrogations. En revanche, j’ai une piste de réflexion à creuser à travers la réalisation de tâches quotidiennes simples, comme certaines d’entre-vous me l’ont écrit dans l’article précédent, telles que faire la cuisine et le ménage (j’ai une femme de ménage…), prendre soin de mon corps, de ma santé et de mes affaires et fabriquer quelque chose avec mes dix doigts. Je me rends compte que ma vie est trop dématérialisée et que j’ai perdu le contact avec mes sensations. Je veux éprouver la satisfaction du devoir accompli et prendre le temps de faire les choses bien plutôt que de les zapper ou de les considérer comme des corvées.

Tels sont les enseignements que je retire de Nancy Singleton Hachisu et de Jeong Kwan, qui sont peut-être incapables de rédiger un MoU (Memorandum of Understanding) et de faire des plans stratégiques à 4 ans, mais qui sont tellement plus avancées que moi dans la réussite de la vie qu’elles se sont choisies !

jeong_kwan_chefs_table.0
Pas de cheveux, pas de maquillage, pas d’habits autres que ceux réglementaires du couvent, pas de distractions, serait-ce donc cela, vivre libre ?

Screen_Shot_2017_02_18_at_2.27.58_PM

Culture_JeongKwan-1200
Je suis très attachée à la vaisselle et à l’esthétique des plats. Pour moi, la cuisine ne consiste pas uniquement à préparer quelque chose de bon mais aussi à savoir mettre les produits en valeur pour flatter les cinq sens.
download
La beauté d’une cuisine dépouillée sans boîtes de conservation en plastique aux couleurs criardes.

download (1)

All photos (c) Internet.

Chercher l’inspiration chez Jeong Kwan

Planifier la semaine 6

Nous voici en février, ce qui, pour moi, signifie un nouvel aspect de ma vie sur lequel je souhaite porter mon attention après la surveillance de mon alimentation en janvier. Ce mois-ci, j’ai décidé de me lancer dans le programme pour rééquilibrer mon corps tiré de la méthode de musculation au féminin d’Olivier Lafay qui traîne dans ma bibliothèque depuis des années, à raison de 4 à 5 fois par semaine. Le but pour moi est de reprendre contact avec mon corps en douceur et sans me forcer en effectuant des séries d’étirements.

Amphora-Livre-Lafay-MeTHODE-DE-MUSCULATION-AU-FeMININ-32
Ce livre est très moche et mal conçu. On se perd dans les explications et il faut piocher soi-même les exercices indiqués par des numéros (I2, J1, L, etc.) sans aucune logique de pagination ce qui est pénible. Toutefois, du moment que je l’ai, autant l’utiliser et mettre les conseils en pratique, non ? Si je n’obtiens aucun résultat après une pratique régulière, je m’en débarrasserai sans remords (c) photo : Internet.

Mes rendez-vous :

  • Un déjeuner avec ma tante que je ne cesse de repousser parce que je ne me sentais pas suffisamment en forme pour aller au restaurant avec elle.
  • Un déjeuner professionnel vendredi.
  • Un rendez-vous au salon de coiffure The Red Room à Lausanne.
  • Un dîner de Noël en famille samedi 10 février ! Mieux vaut tard que jamais… Après, j’en aurais fini avec mes fêtes de Noël décalées.
Outlander 2014
20 ans séparent ces deux photos et Claire et Jamie n’ont pas pris une ride. C’est beau la magie du cinéma ! Okay, Claire a avoué à Jamie qu’elle s’était teint les cheveux avant de revenir auprès de lui. Je suppose qu’elle a également pris soin d’emporter avec elle plein de boîtes de coloration pour les cheveux 100 % ultra brun Garnier ;o) (c) photos : Internet.

Outlander Season 3 2017

Mes plans cocooning :

  • Je regarde la saison 3 de Outlander avec toujours autant de plaisir mais je ne peux m’empêcher de sourire à chaque rebondissement improbable qui rend l’intrigue de moins en moins crédible. Jamie est incapable tenir en place et de mener une vie paisible et Claire semble tout étonnée qu’après 20 ans de séparation, les choses ne sont plus comme dans ses souvenirs. La ficelle est un peu grosse, non ?
  • Avec Top Chef, j’aime regarder les programmes de la chaîne My Cuisine. Il y a notamment les recettes express de Jamie Oliver que j’aimerais bien essayer. De manière générale, j’aimerais passer plus de temps en cuisine cette année.
  • Je ne suis pas une grande buveuse de thé mais je me dis que ce serait bien que je m’y mette. D’autant plus que j’ai ramené des thés verts de Kyoto qui n’attendent que d’être infusés…
  • Sinon, je me suis transformée en marmotte. Je me couche à 20h30 et me réveille à 7h30 en semaine. J’ai une vie sociale trépidante.
  • Je suis à nouveau en plein fantasme de « La Petite Maison dans la prairie » avec Caroline Ingalls cuisant sa tarte aux pommes au feu de bois. Je rêve d’une vie simple à la campagne avec Izzi, des vaches, un âne, un chien et des poules, ce qui est loin d’être le cas de Lui qui veut s’acheter une Maserati…
l___huile_sensorielle_de_rene_furterer_4554.jpeg_north_499x_white
Huile sèche sublimatrice René Furterer Paris (c) photo : Internet.

Mes achats :

  • Je me suis plantée dans mon achat d’huile pour les cheveux que je n’avais plus. J’ai acheté l’huile sublimatrice 5 sens pour corps et cheveux de René Furterer, qui sent divinement bon mais qui ne fait pas mon affaire pour démêler ma crinière après l’avoir lavée et essorée. Contrairement à ce que prétend Dominique Loreau, une seule huile pour le corps et les cheveux ne fait pas tout ou alors, on n’a pas du tout la même texture de cheveux. Je vais donc devoir racheter ma potion Davines à l’huile de roucou ou chercher un autre soin démêlant pour cheveux épais.
  • Il serait aussi grand temps que j’achète cette brosse pour le corps que je veux depuis le début de l’année !
  • Quant à la marque Réminiscence, je n’ai toujours aucune idée où je peux la trouver à Lausanne. Je suis allée chez Manor, Globus et Bon Génie Grieder sans succès et vais tenter la boutique Basil. Je sais que le plus simple serait de passer une commande sur Internet mais j’essaie de privilégier le commerce local.

Mes tâches domestiques :

  • Cette semaine sera consacrée à rattraper mon retard : laver mes vêtements en laine, couper les griffes d’Izzi, amener mon cabas Goyard au pressing et ranger ma vaisselle.
  • Ce n’est pas vraiment une tâche domestique mais j’aimerais finir de vous montrer mes achats de la semaine en 2017, ce qui signifie les prendre en photo et écrire un article. Mine de rien, cela prend un certain temps.
  • Je souhaite aussi mettre de l’ordre dans mes petites affaires qui traînent ici et là, les fameux SDF de Dominique Loreau, ces objets qui n’ont pas de place à eux, mais comme je ne peux pas tout faire, cela fera l’objet de mon occupation du mois de mars.

Mes tâches pour le chalet :

  • A part payer les factures, je n’ai quasi plus rien à faire pour le chalet. Les sols, les murs, la cuisine et les salles de bain ont été définitivement choisis et n’attendent plus qu’à être commandés et installés. Ah oui, je dois encore choisir le robinet et l’évier de la cuisine.
  • Pour être tout à fait au clair, je vais demander à mon cousin Alex de m’envoyer les plans du réseau électrique que nous avons établis ensemble vendredi passé. Il vaut mieux tout anticiper plutôt que d’oublier la moitié des choses et de les faire installer par la suite, ce qui coûte beaucoup plus cher.
  • Je peux commencer à regarder gentiment les lampes et les meubles pour le chalet.
Planifier la semaine 6

Planifier la semaine 5

Il n’y a pas eu de planification pour la semaine 4 car j’étais malade et au fond du lit. Je ne suis pas encore tout à fait remise mais suffisamment en forme pour travailler et faire quelques sorties comme samedi passé où je suis allée à la Fromathèque à Martigny avec les copines de la Dream Team et au Royal Savoy le soir avec ma copine Madame pour fêter Noël (sic).

Mes rendez-vous :

  • Hormis le déjeuner avec ma tante que j’ai repoussé, je n’ai aucun rendez-vous cette semaine. Cela me fera du bien de me reposer un peu.
  • Trouver une date en février avec le Frangin pour notre fête de Noël (sic). Depuis que papa et maman ne sont plus là, Noël est devenu n’importe quoi :o(

Mes plans cocooning :

  • Manger une crêpe vendredi, Chandeleur oblige.
  • A la TV, Top Chef reprend du service mercredi sur M6, je me réjouis !
  • Si je me sens en forme dimanche prochain, j’aimerais voir Downsizing, Belle et Sébastien 3 (? je me tâte), La douleur, Le crime de l’Orient-Express ou The greatest showman au cinéma.
  • Je vais parcourir les offres des musées et des théâtres de la région pour me concocter un programme culturel digne de ce nom en 2018.
moneybox-unicorn
Tirelire licorne rose (c) Pylones. Cette tirelire existe aussi en bleu et en blanc.

Mes achats :

  • Toujours rien à signaler en ce début d’année. Pas de soldes, pas de craquage, rien ! La seule boutique que j’ai faite est Pylones à Lausanne où j’ai acheté les cadeaux de Noël pour ma copine Madame : une tirelire licorne rose, une veilleuse licorne, un couvercle de mug rose avec un petit chat noir assis et un tire-bouchon en forme de chat noir.
  • J’ai besoin de remplacer ma potion de beauté absolu Oi/Oil Davines pour les cheveux à l’huile de roucou que j’ai terminée ainsi que la pile de mon chronographe Tag Heuer.

Mes tâches domestiques :

  • Compter les flacons à épices ainsi que les bocaux et récipients en verre à acheter pour le garde-manger.
  • Laver la laine en mérinos beige et faire des pelotes que je donnerai à ma tante qui cherche désespérément de la laine à tricoter.
  • Couper les griffes d’Izzi.
  • Régler quelques tâches administratives au fur et à mesure que je les reçois.
  • Chercher une recette de cuisine à préparer et noter les ingrédients. J’essaie de cuisiner au moins une fois par semaine.
  • Amener mon cabas Saint-Louis Goyard au pressing. Je n’ai aucune idée si les pressings nettoient les sacs à main mais je n’ai pas d’autre adresse où l’amener ?

Mes tâches pour le chalet :

  • Arrêter le choix et dresser la liste finale du matériel à acheter : 4 portes intérieures, 1 baignoire, 2 douches, 2 WC, 2 meubles de salle de bain avec 2 lavabos, robinets et carrelages pour le niveau inférieur et l’étage.
  • Monter au chalet avec du scotch carrossier pour me rendre compte de l’espace occupé par une cuisine en U ou une cuisine en L. Vérifier le rendu du crépi du niveau inférieur.
  • Choisir une cuisine et visiter le(s) showroom(s) pour choisir les revêtements et les finitions. Passer commande auprès du cuisiniste retenu.
  • Faire une « séance shopping » avec le maître d’œuvre et aller chez Ecopierre à Vernayaz.
  • Me mettre d’accord avec le Frangin sur la liste et le budget du mobilier pour le chalet.
Planifier la semaine 5

Me nourrir du 1er au 7 janvier 2018

Comme je vous l’expliquais dans mon article Planifier la semaine 1, j’ai décidé de consacrer mon attention sur la nourriture en janvier et vais vous montrer comment je m’alimente ce mois-ci. Dans vos commentaires, j’ai relevé que « la nourriture était devenue compliquée » pour Musme ou que Fleurt « avait craqué sur la bûche de Noël » (miam, bûche de Noël :oP), comme quoi, le sujet n’est pas évident.

Pour commencer, je tiens à préciser que je suis omnivore, que je ne suis pas malade (je tolère très bien le gluten et le lactose), que je ne suis aucun régime ni de règles diététiques particulières et surtout que je ne suis pas un exemple à suivre ! Je mange de tout quand j’ai faim et ne mange pas quand je n’ai pas faim, c’est aussi simple que ça (cela fait trois jours par exemple que ma nouvelle collègue me propose du chocolat que je refuse gentiment parce que cela ne me dit rien). J’aime éprouver la sensation d’un estomac vide. Je mange également ce qui me fait envie, quand j’en ai envie et dans les proportions que j’ai envie. Je peux très bien avaler de la soupe de poisson au petit-déjeuner et me préparer des tartines de confiture avec une tasse de chocolat le soir. J’attache aussi de l’importance à la présentation des plats, à l’esthétique de la vaisselle ainsi qu’à la qualité des produits frais même si je peux avoir de la pâte à tartiner (Nutella ;o)) ou des yaourts de supermarché à la maison. En revanche, vous ne trouverez pas de plats surgelés tout préparés dans le congélateur : Picard et Cie, ce n’est pas pour moi, j’ai goûté mais n’ai pas aimé.

Mon mot d’ordre est de prendre du plaisir et d’éviter toute culpabilité. Si je me suis goinfrée la veille, je ne mange pas ou peu le lendemain et attends que la sensation de faim et l’envie de manger reviennent. Quant à l’aspect social, il m’arrive parfois de regarder Lui dîner seul à table tout en restant avec lui pour discuter et cela m’est égal de savoir si c’est bien ou mal. L’important pour moi est de m’écouter en toute circonstance.

IMG_1707 (2)_edited.jpg
Le plateau et la vaisselle dessinée par le designer néerlandais Marcel Wanders est une vraie réussite ! J’adore le mélange des lignes contemporaines avec les motifs hollandais.

Lundi 1 : Je viens de me réveiller à bord du Boeing 747 de KLM en classe affaire et suis à moitié dans les vapes.

  • Petit-déjeuner : un demi-bol de granola et yaourt nature, la moitié de la petite assiette de fromage (piqué l’abricot sec de Lui), un ramequin de fruits frais, une orange pressée et une infusion à la menthe Dilmah en regardant le film Dalida qui a connu une vie bien triste : solitude, amours déçues, suicide alors qu’elle avait tout pour elle, la beauté, le talent, la gloire et la richesse.
  • Dîner à la maison : une grande salade de la pizzeria Dieci (pas de magasins ouverts le 1er janvier) à moitié endormie à cause du décalage horaire.
Processed with VSCO with j2 preset
J’utilise ma vaisselle en porcelaine Vista Alegre même pour une tartine. C’est une manière de me respecter et de respecter la nourriture en prenant conscience de ce que je fais et ce que je mange.

Mardi 2 : Jour de congé, je n’ai pas faim et ce n’est pas grave.

  • Petit-déjeuner à la maison : un bol de cacao rapporté de La Anita Ranch au Costa Rica et un demi-pain au lait avec du beurre et du Cenovis, pâte à tartiner suisse à base de levure de bière (pas sexy du tout ;o)).
  • Dîner à la maison : le reste du demi-pain au lait avec du beurre et du Cenovis pas sexy.

Mercredi 3 : Première journée de travail, me lever le matin est pénible en raison du décalage horaire. Quand il est 9h en Suisse, il est 2h du matin au Costa Rica.

  • Déjeuner au restaurant avec ma tante : un petit bol de soupe aux légumes, 2 brochettes de poulet sauce thaï, salade verte et deux fourchettes de riz basmati. Laissé le reste du riz dans l’assiette.
  • Dîner à la maison : un peu de peau croustillante du demi-poulet rôti acheté par Lui et un cacao chaud. Je mange vraiment n’importe quoi ! ;o)
IMG_E1634
Ervilhas com ovo escalfado. Avec quelques petits pois surgelés, Lui a réussi à faire un repas chaud, simple, économique et délicieux.

Jeudi 4 : Je constate que je prends rarement des petits-déjeuners quand je travaille.

  • Déjeuner au bureau : un demi-bocal Weck contenant de la salade verte, un quart du blanc du poulet rôti effiloché de Lui et une demi-patate douce grillée à l’ail.
  • Apéritif au bureau : une poignée de tortilla chips au citron et au sel rapporté du Costa Rica pour mes collègues, une poignée de cacahuètes au curry, un carré de chocolat Ragusa, un verre de mousseux Mauler du canton de Neuchâtel, un verre de Sprite avec de la Becherovka (liqueur tchèque reçue au travail) et une orange. De l’alcool, des cacahuètes et des chips, aucun intérêt nutritionnel mais ça fait du bien au moral.
  • Dîner à la maison : un bol de ervilhas com ovo escalfado, un plat familial portugais avec des petits pois, du chouriço et un œuf mollet que l’on casse dans la préparation juste avant de passer à table. J’aime tout particulièrement la texture de l’oeuf mollet avec son jaune coulant dans la sauce quand on le perce.
  • Snack devant The Last Kingdom à la TV : 2 yaourts Perle de lait à la noix de coco.

Vendredi 5 : Je suis contrariée car j’ai de la peine à me mettre dans le bain au bureau. L’impression que tout me passe au-dessus de la tête.

  • Apéritif au bureau : un verre de Becherovka Coca-Cola. On tente des mélanges improbables avec la Becherovka dont le goût rappelle le Jägermeister, autant c’était bien avec du Sprite, autant ce n’est pas terrible avec du Coca. Je décide d’arrêter de boire de l’alcool cette semaine.
  • Déjeuner au restaurant avec ma nouvelle collègue pour ne pas la laisser seule le premier jour de son travail : une salade au chèvre chaud. Mangé la moitié de la salade car il y en avait beaucoup et laissé de côté le pain toasté sous le fromage de chèvre.
  • Dîner à la maison : 2 bols de ervilhas com 2 ovos escalfados.

Samedi 6 : Super occupée toute la journée avec mon rendez-vous au salon Red Room pour une couleur et un brushing le matin, puis visite du chantier du chalet en Valais et après-midi consacré à regarder du matériel de construction avec mon Frangin et le maître d’œuvre. Pas de repas jusqu’au soir, pas le temps, même si Danijela, patronne du salon Red Room me propose une pomme du marché que je refuse sur le moment.

  • Dîner à la Fromathèque à Martigny avec mon Frangin : un établissement génial qui mérite que je lui consacre un article ! Nous nous partageons des produits du terroir valaisan, un tartare de bœuf et un pâté en croûte avec de la limonade locale.
Processed with VSCO with j2 preset
Je ne me suis pas gavée de bûche de Noël (il n’y en avait pas au Costa Rica) mais me suis bien rattrapée avec la galette des rois ! Le côté positif, c’est que je n’en ai plus envie pour cette année ;o)

Dimanche 7 : Lendemain d’Epiphanie, je veux ma galette des rois ! Une journée à manger du gâteau qui « n’est pas de la nourriture » d’après Lui.

  • Petit-déjeuner, déjeuner et dîner : une galette des rois à la frangipane de la confiserie Da Sousa. Lui a mangé une petite tranche et j’ai englouti le reste. Bien entendu, c’est moi qui ai trouvé la fève et qui ai été couronnée reine ;o) La pâte feuilletée était parfaite mais il manquait de la frangipane à mon avis.
  • Goûter : un millefeuille de la confiserie Da Sousa. En trop mais comme Lui l’avait acheté et qu’il serait moins bon le lendemain, je me suis dévouée ;o)

Résumé de la semaine 1 :

  • Je saute régulièrement les petits-déjeuners quand je travaille.
  • J’ai été trois fois au restaurant où je ne finis pas systématiquement ce que l’on me sert.
  • Il m’arrive de ne faire qu’un repas par jour.
  • Manger est le dernier de mes soucis quand je suis occupée.
  • Mes repas sont rarement équilibrés. Je ne respecte pas la formule « un féculent, une protéine et un légume » que maman observait avec beaucoup de rigueur.
  • Je peux me nourrir exclusivement de gâteau ou d’un petit pain au lait pour tout repas de la journée.
  • Je mange souvent des demi-portions.
  • A part le gâteau du dimanche, je ne mange presque jamais de dessert.
  • Je ne me relève pas la nuit pour vider le frigo.
  • Où sont les fruits ?
Me nourrir du 1er au 7 janvier 2018

Planifier la semaine 2

J’ai été plutôt optimiste dans la programmation de ma semaine 1 avec la reprise du travail le 3 janvier et le décalage horaire que j’avais oubliés. Je vais donc y aller plutôt mollo cette semaine.

Mes rendez-vous :

  • Un déjeuner avec ma collègue Samuelle à la Croix d’Ouchy pour le meilleur risotto de Lausanne !
  • Un rendez-vous à la banque pour améliorer le rendement de mes placements. Je n’en ai pas l’air mais je suis plus fourmi que cigale. Je m’offre certes de très beaux cadeaux pendant l’année mais je ne fais pas les soldes et vais rarement dans une boutique sans savoir ce que je veux y acheter. A vrai dire, faire les magasins m’ennuierait presque et je déteste essayer les vêtements.
  • Un passage chez la toiletteuse d’Izzi pour lui couper les griffes et lui donner un petit coup de peigne.
  • Un dîner à la maison avec nos amis Carlomarie. A cette occasion, je veux apprendre une nouvelle manière de plier les serviettes en tissu qui appartenaient à maman.

Mes plans cocooning :

  • J’ai eu la flemme d’aller au cinéma dimanche et je n’avais pas envie de m’endormir dans la salle obscure comme devant Coco. Ce n’est donc que partie remise pour Star Wars.
  • J’ai regardé 3 épisodes de The Last Kingdom sans grand intérêt. Je vais donc en rester là d’autant plus que Outlander, saison 3, commence jeudi soir sur la RTS ! J’ai également Guerre et Paix à visionner.
  • Mon ouvrage avance. Je tricote comme une mamie en regardant des films sauf quand Izzi s’installe sur mes genoux, fait le gros bébé et réclame des câlins.
gra0062-grown-alchemist-skincare-hydra-repair-day-cream-100ml
Crème hydratante de jour Grown Alchemist dont la philosophie proche de celle d’Aesop me plaît bien. J’aime le flacon épuré en verre marron et le bouchon doseur (c) photo : Internet.

Mes achats :

  • A part la crème de jour hydra-réparation au camélia et fleurs de géranium de la marque australienne Grown Alchemist dont j’avais besoin (= je ne le compte pas comme un achat par semaine), je n’ai pas eu le temps (ni l’envie) d’acheter le cadeau pour ma tante, les lacets pour mes bottes, la brosse pour le corps et l’eau de toilette Patchouli de Réminiscence qui peuvent encore attendre.
  • Je me tâte pour acheter une grande théière en verre pour le bureau mais je me dis que c’est l’occasion d’utiliser ma petite théière en céramique coréenne.
  • Idem pour une petite planche à découper en bois. Si un chef de cuisine n’en a pas besoin, je pourrais faire sans, non ?
  • Idem pour le kit anti-cernes de Bobbi Brown. Si je n’en ai jamais eu, pourquoi en aurai-je besoin aujourd’hui ? Bref, vous constaterez que mes achats sont rarement spontanés ;o)

Mes tâches domestiques :

Pour information, mes tâches domestiques sont limitées par le fait que nous avons une femme de ménage qui assure non seulement le nettoyage mais aussi le repassage, merci à elle !

  • Je ferai le compte-rendu de mes tâches domestiques sous la forme d’articles de blog à venir. Cette semaine, j’aimerais cuisiner une recette pas glamour du tout : un pot-au-feu à l’ancienne avec des os à moelle et de la sauce gribiche (une vraie mamie, je vous dis !).
  • Compter le nombre d’ampoules à remplacer et les acheter.
  • Chercher des idées pour ranger les épices et la nourriture en vrac.
HRTF5584
L’étage inférieur est en béton cellulaire ytong et l’étage supérieur en « bois du Père Noël », soit du pin finlandais de Rovaniemi, le village du Père Noël (j’adore cette idée) ! Pour chaque pin abattu, un pin a été replanté. Nous avons choisi cette essence pour respecter l’esprit du chalet de grand-papa Louis : maçonnerie en bas et pin finlandais en haut. Comme ce chalet est en madrier, la construction est « vivante » : le chalet va grandir ou se tasser au fil des saisons et le pin va foncer comme les anses des sacs Louis Vuitton.
IARM1704_edited
L’encadrement des fenêtres est anthracite à l’extérieur et à l’intérieur. Je souhaitais couper avec l’aspect tout bois et donner un aspect contemporain au chalet 2.0.
Processed with VSCO with a6 preset
Le balcon est en teck, bois précieux et imputrescible.

Mes tâches pour le chalet :

Le chalet est tellement beau que j’ai pleuré d’émotion en le découvrant samedi. L’extérieur, à savoir les murs, le toit et le balcon, est quasi terminé (il manque quelques tuiles sur le toit et les crochets à neige ainsi que les portes et la balustrade du balcon) et j’ai enfin pu VOIR à quoi il allait ressembler une fois achevé. La culpabilité que j’éprouvais d’avoir démoli le chalet de grand-papa Louis a laissé la place au sentiment du devoir accompli : le chalet 2.0 est beaucoup plus grand, plus lumineux, plus écologique et plus fonctionnel qu’avant. Il n’y a aucun regret à avoir.

  • Prendre congé vendredi après-midi pour choisir avec Lui du carrelage, des portes, une baignoire, des douches, des lavabos et toute la robinetterie pour les salles de bain. J’attends également le retour de vacances du Polonais qui est patron d’une entreprise de peinture pour discuter avec lui du revêtement des murs de chaque pièce du chalet. Deux avis en valent mieux qu’un !
  • Appeler le cuisiniste pour lui demander d’intégrer une cave à vins et un four à micro-ondes à l’offre que nous lui avons demandée et décider de la couleur des meubles et du plan de travail en granit. La cuisine sera en forme de L avec un frigo standard ou américain, un four pyrolyse autonettoyant, un lave-vaisselle, une poubelle à tri sélectif 3 bacs et un évier sous la fenêtre plus un îlot central doté d’un plan de cuisson et de trois places assises pour prendre les repas et converser avec la personne qui cuisine.
  • Contester une facture d’électricité pour l’ancien chalet qui a été détruit.
  • Demander une ristourne pour le solde en notre faveur du décompte d’eau chaude.
  • Téléphoner à mon cousin qui s’occupe de l’électricité du chalet pour qu’il m’envoie un catalogue de lampes et de luminaires.
  • Choisir une cheminée.

Selon le maître d’œuvre, il faut compter encore 3-4 mois de travaux mais le résultat actuel répond parfaitement à mes attentes.

Planifier la semaine 2