De la valeur du non essentiel

DSC01626a

J’étais donc au Paradis.

Au Paradis, comme par miracle (normal, puisque c’était le paradis ;o)), j’ai tout oublié : la nouvelle année, les cartes de vœux, les listes des choses à faire, le travail, les personnes à voir ou à rappeler, la vie sociale, les journaux et les émissions de TV, le monde… ou enfin presque.

DSC01657a

Alors que Paris et la France se retrouvaient meurtries par des attaques barbares et sanguinaires et que les réseaux sociaux se couvraient de noir en abandonnant temporairement toute futilité car l’heure était à la gravité, je me suis dit qu’au contraire, c’était tous ces instants insignifiants et non essentiels qui faisaient que la vie méritait d’être vécue.

La lumière vacillante des bougies…

Une fleur de frangipanier…

Un cocktail Mai Tai…

De la musique chill out…

Une partie de billard…

Les bulles d’un jacuzzi…

Un matelas confortable et bien épais…

Un petit parasol rose en papier sur un verre…

Toutes ces choses sont non essentielles mais sans elles, l’existence serait terne, sans joie et sans couleurs à l’image peut-être de ces assassins qui s’en sont pris à des dessins, non essentiels eux-aussi.

DSC01695a

Au Paradis, j’ai compris et mesuré toute la valeur du non essentiel : une bière fraîche avec des noix de cajou grillées au sel et piment, une pile de linge fraîchement lavé et repassé, un parquet ciré où il fait bon marcher pieds nus, des serviettes de table en tissu artistiquement pliées, des fleurs dans l’eau du bain et des pancakes à la banane.

DSC01735a

Au Paradis, j’ai décidé que ma seule résolution de 2015 serait de chérir chaque jour les petits et grands plaisirs et, si j’ai le sourire aux lèvres depuis que je suis rentrée de la sublime Nirvana Villa à Koh-Samui en Thaïlande, c’est parce que je sais que dans nos contrées glacées par l’hiver, il y a des crêpes à la Chandeleur, des bains thermaux par 0°C, du talc parfumé pour se faire une peau douce comme un bébé, du thé à la bergamote et des toasts de pain anglais à la marmelade d’orange, des gros pulls en maille dans lesquels se lover et « un chocolat à s’en faire mourir, moelleux, velouté, parfumé, grisant » (G. de Maupassant).

De la valeur du non essentiel

4 réflexions sur “De la valeur du non essentiel

  1. Tu as complètement raison de chérir les petits et grands plaisirs 🙂 Tu connais certainement l’expression, mais en anglais on dit ‘Enjoy the little things in life because one day you`ll look back and realise they were the big things’ 🙂
    Bisous!

  2. J’ai admiré tes photos de vacances sur Instagram. Je crois qu’effectivement tu avais trouvé le paradis sur terre. J’espère que la différence de température n’est pas trop dure à supporter. Et le retour au quotidien pas trop difficile.
    Je n’imaginais pas un tel mois de janvier, une telle horreur. Mais je n’aurais jamais imaginé non plus la marche républicaine, avec la foule qui acclame les CRS et qui chante la Marseillaise.

  3. J’aime beaucoup ton article et je pense qu’il est important de savourer chaque petit plaisir, quel qu’il soit. Et ta liste de petits plaisirs donne très envie! Il faut juste que l’on prenne le temps d’apprécier les choses simples mais qui, comme tu le dit si bien, illuminent notre journée qui serait sans ça bien terne et ennuyeuse. Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s