Nirvana Villa

IMG_9593a
Le Cocktal Mai Tai de bienvenue à la Nirvana Villa à base de Cointreau, sucre, citron vert et sirop d’orgeat. Exquis !

Je vous expliquais dans mon article post-minimalisme que j’ai vécu une illumination, au sens propre et figuré, dans la sublime Nirvana Villa à Koh Samui en Thaïlande en début d’année. Sans doute en raison de l’effet « kiss cool » de l’alcool des statues de Bouddha disséminées un peu partout dans la villa ;o)

 IMG_8719a IMG_9575a IMG_8849a

Certaines personnes se retirent dans la solitude et dans le silence d’un monastère ou se mettent à arpenter le Pacific Crest Trail pour donner un sens à leur existence, moi, c’est dans un endroit paradisiaque que je l’ai trouvé ou plus exactement commencé à le trouver car il me faudra bien toute une vie pour y parvenir. Ou pas, mais ce n’est pas grave.

DSC01624a DSC01683a IMG_8653a

J’ai eu la chance de séjourner dans bien des établissements luxueux, comme The Ritz Carlton à Singapour, l’Aquapura dans la Vallée du Douro, The Shilla à Séoul ou encore The St Regis à Doha, mais je n’ai jamais ressenti un sentiment de bien-être et de paix avec moi-même aussi intense que dans la belle villa de DJ Igor B. (j’ai l’habitude de mettre des pseudos sur mon blog mais j’ai bien conscience que dans ce cas, c’est comme si j’écrivais la villa de DJ David G. ou de DJ Bob S. ;o) Je compte sur le Polonais pour voir avec DJ Igor B. sous quel nom il préfère que je le mentionne), perchée au sommet d’une jungle luxuriante sur l’île de Koh Samui.

IMG_8671
Boire un cocktail avec une paille en plastique, tu n’as pas honte, Koyangi ? Pense à l’environnement et à l’air que tu ingères en sirotant ton verre ! Cela m’est égal, je pollue beaucoup plus en écrivant sur mon blog qu’en utilisant 1’000’0000 de pailles en plastique, cela n’excuse rien mais c’est quelque chose que je tolère très bien à présent d’autant plus quand cela reste exceptionnel

Au départ, je ne voulais pas retourner en Thaïlande. J’ai aimé le premier voyage avec Lui à Phuket, adoré nos vacances avec Lobo et Moumoune à Cha-Am et détesté la troisième visite à Hua-Hin, où la grippe aviaire contractée à Hong-Kong ne m’avait pas aidée à apprécier cette station balnéaire à sa juste valeur. La quatrième fois à Koh Samui m’a réconciliée avec le Pays du Sourire et m’a permis de me libérer de certains principes absurdes érigés en dogmes par les Maîtres des prêts-à-porter de la pensée (Dominique Loreau, Bea Johnson, Inès de la Fressange, Colin Beavan, Kimberly Snyder, Nina Garcia, etc.) que je m’étais appropriés et que je suivais – plus ou moins à la lettre car je ne suis pas parfaite – sans arriver à m’en détacher :

  • Boire du Coca-Cola, c’est mal
  • Utiliser des pailles en plastique, c’est mal
  • Posséder plus d’un seul sac à main et deux paires de jeans, c’est mal
  • Avoir deux parapluies, c’est mal
  • Manger des Snickers, c’est mal
  • Respirer, c’est mal
  • Etc., c’est mal

Attention, je ne dis pas que tous ces auteurs écrivent des inepties, n’est-ce pas ? Certains conseils sont bons à prendre mais pas tous, surtout quand ils ne sont pas adaptés à notre façon de voir les choses.

IMG_9572a
Cette assiette que May m’avait préparée pour mon déjeuner alors que j’avais décidé de rester seule à la Villa est symbolique : J’étais en train de verser quelques larmes en lisant les articles sur l’attaque terroriste contre Charlie Hebdo tout en mangeant (c’est mal ;o)) quand May, inquiète, est venue me demander si elle avait mis trop de piment ;o) Les attentats à Paris m’ont soudain paru très lointains devant tant de bienveillance !

Je dois à la gentillesse de May et du personnel thaïlandais, toujours souriants, prévenants et attentionnés avec nous, ainsi qu’à la beauté lumineuse de la Villa, d’avoir compris que j’étais parfaitement à ma place là où j’étais, qu’il s’agissait moins de « faire » des efforts pour m’améliorer selon la sacro-sainte devise : « Refuse, Reduce, Reuse, Recycle, Rot and only in that order » (Chef, oui, Chef !) de Madame Béa que d’ « être » tout simplement, que je préférais ressentir des émotions plutôt que d’avoir des objectifs ou des chiffres à atteindre, qu’il était en mon pouvoir de décider du monde dans lequel je souhaitais vivre et qu’il m’appartenait de le créer selon mes aspirations.

IMG_8600a IMG_9565a IMG_8643a

Et croyez-moi que j’étais très satisfaite du monde tel que je le voyais à la Nirvana Villa et que je n’aurais pas voulu l’échanger contre l’intérieur froid et aseptisé de Madame Béa plus proche d’une clinique que d’une maison !

Chaque jour, ce n’était que luxe, calme et volupté :

IMG_8654a IMG_8736a IMG_8743a IMG_8745a

De solides brunches le matin composés de toasts chauds beurrés, de fruits frais, de saucisses et de bacon grillés, de légumes savamment découpés, de pancakes à la banane (Aaaah, les pancakes de May, miam !) et de congee, la soupe de riz dont je raffole et que May préparait spécialement pour moi à ma demande. Cette femme est fantastique ! Je me rappellerais toujours comme elle m’a serrée avec tendresse dans ses bras au moment des adieux en nous disant que nous étions comme de la famille pour elle et pour le personnel.

IMG_8612a IMG_8684aIMG_8679aIMG_9562aIMG_9569aIMG_9586aIMG_8758a

Des massages, des soins esthétiques, des baignades dans le jacuzzi ou dans la piscine à débordement donnant sur une vue imprenable, de la lecture, du farniente au soleil sur les transats et sur les « sunbeds », des jus de fruits frais précédant le déjeuner que l’on sautait le plus souvent pour grignoter des club-sandwiches ou des brochettes de poulet satay en buvant des cocktails et des bières locales dans l’après-midi, quand on ne partait pas se balader.

DSC01629a DSC01628a DSC01634a DSC01753a DSC01691a DSC01695a DSC01755aDSC01756aDSC01754a DSC01745a DSC01761a

De délicieux dîners très élaborés comprenant entrée, plats de résistance et dessert que nous prenions en contemplant le vol des chauve-souris géantes qui zébraient le ciel de leurs ailes de Batman (ou est-ce l’inverse ? ;o)) au son des tokay des geckos et des sifflements des lézards.

DSC01644a DSC01645a DSC01648a DSC01618a DSC01762aDSC01640a

Quelques pas de danse la nuit avec Lui au bord de la piscine sur les super compilations d’albums remixés par DJ Igor B, des parties de billard, des films dans la salle de cinéma vautrés avec les amis sur les matelas des canapés qui rappelaient le monde de l’enfance, tellement nous étions petits dans cet espace immense.

La Nirvana Villa m’a ouvert les yeux sur qui j’étais, sur ce que je souhaitais devenir et sur ce qui était vraiment important pour moi. J’ai découvert que je voulais une vie riche remplie de joie, de beauté et de non essentiel et que j’avais déjà tout ce qu’il faut pour me construire et m’épanouir au plus près de mes valeurs et de mes envies.

Nirvana Villa / Au sommet de la colline près de la Snake Farm / Koh Samui / Thaïlande

Nirvana Villa

10 réflexions sur “Nirvana Villa

  1. Waou! Cet endroit porte vraiment bien son nom, et « luxe calme et volupté » lui convient très bien. Je te comprend. Tu es en train de passer à autre chose et de t’approprier le principe. Je crois que j’ai ressenti la même chose que toi quand il y a 1 ou 2 ans j’avais découvert le blog de Béa Johnson. Dans l’absolu je trouvais qu’elle était dans le vrai, et en même temps, je voyais son exagération et son jusqu’au-boutisme comme une direction vers laquelle tendre mais certainement pas comme un but à atteindre. (je sais que tu penses la même chose, je me rappelle de mes rires en te lisant sur le thème du rouge à lèvre à la betterave) Ca fait plaisir de voir que tu es en accord avec toi même et que tu as passé un moment merveilleux! Je t’embrasse (et hâte de voir ton nouveau sac! 😉 ) BISOUS

    1. Je ne sais pas si c’est la mort de mon papa qui a accéléré mon envie de passer au-delà de tout ça : minimalisme, zéro déchet, Marie Kondo, Dominique Loreau et tutti quanti (cela ne veut pas dire que je rejette tout en bloc, n’est-ce pas ?) mais j’ai un besoin urgent d’expérimenter un maximum de choses qui dépasse le fait d’avoir une casserole, 7 culottes et du rouge à lèvres au jus de betterave 😉 Ce sont les personnes qui m’intéressent pas les objets, j’aimerais savoir QUI sont Madame Béa, Marie Kondo ou Dominique Loreau, quelles personnalités se cachent derrière leurs écrits plutôt que de voir leurs 99 objets, leur sac à main ou un intérieur parfaitement sobre et rangé. Bisous !

  2. Quelle splendeur ! Je suis impressionnée également par le pliage des serviettes. Il doit être dur de revenir au quotidien après une coupure aussi dépaysante et paradisiaque.

    1. C’est marrant, il y a un blog, genre suédois, qui s’appelle ex-minimalist! Je trouve ça marrant, je vois que tu as « dû » en passer par là et que tu as dépassé l’étape! Je me dis que moi aussi j’aurais sans doute la chance d’être une ex-minimaliste, mais comme tu le sais, je pars de très très loin et je n’ai pas fini mon cheminement! (ps est-ce qu’on peut avoir une photo de toi avec ton super-sac dans les mains sur IG? 😉 ) bisous ma belle!

      1. Oh, j’ai dû chercher sur le net ton blog suédois ! Est-ce celui-là ? http://exminimalist.blogspot.ch/ Dans ce cas, je dirais plutôt qu’il est écrit en finnois plutôt qu’en suédois mais heureusement qu’il y a une traduction en italien (si, comprendo l’italiano). Je ne trouve pas que tu pars de très très loin quand je vois ton blog, au contraire, je ne vois pas comment tu pourrais faire mieux (à moins que tu ne nous montres pas tout, hé hé 😉 ). Sinon, je repose ma question sur le sac, lequel est-ce ? Et bien sûr, je le montrerai sur IG). Bisous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s