Ma belle relation de 14 ans avec Lui s’est terminée et je suis triste. Je garderai les raisons pour Lui et pour moi, par pudeur bien sûr, mais aussi parce que cela ne concerne que nous. Lui est et reste un homme extraordinaire qui a été un merveilleux compagnon pour moi pendant toutes ces années. Je ne l’oublierai jamais et il restera toujours avec moi quelque part dans mon cœur.

Je mentirais si je disais que je vais super bien, parfois oui, parfois non, c’est par vagues. Il est important que je laisse aller mes émotions sans en faire une obsession non plus. J’éprouve la peur de l’inconnu et la résistance aux changements qui viennent chambouler mon quotidien et mon environnement confortable et sécurisant. C’est toujours plus facile de s’accrocher à ce qu’on connaît et à ce qui nous est familier plutôt que de lâcher prise et de faire place à l’inconnu (je ne parle pas d’un homme, là :o)).

Je suis suffisamment forte pour surmonter le décès de mes proches (je vous aime, papa et maman), pour remonter la pente après une rupture amoureuse (thank you, Adrian! ;o)) et pour survivre même après avoir tout perdu : mes premiers parents, mon nom, mon pays, ma langue, ma culture et mes racines coréennes, donc après tout ça, de quoi aurais-je encore peur ?

Moi à maman quand elle était encore là : Tu sais, maman, à part mourir de faim et de soif ou de maladie, je ne vois pas ce qui pourrait m’arriver d’horrible dans la vie ! Donc, tout va bien !

Maman : Tu as vraiment de drôles d’idées, Stéphanie…

Je sais que je vais « morfler » selon mon amie D. et que je vais passer des soirées seule dans mon appartement, que je n’ai pas encore trouvé, à pleurer toutes les larmes de mon corps dans les poils de petit Kumba qui sera trempé et que je vais me nourrir pendant des semaines de chips au paprika et de beurre de cacahuète en version crunchy parce que c’est meilleur.

Je sais aussi que j’ai bien fait de suivre ce que me dictait mon cœur même si parfois, j’ai juste envie de l’abandonner quelque part sur le bas-côté de la route parce que je serais tranquille à l’heure qu’il est si je ne l’avais pas écouté (mon œil, je sais bien que non).

Il y a cependant une chose dont je suis fière : je ne renoncerai pas à moi-même ni à l’existence que je dois mener, même si elle semble effrayante pour l’instant… Quoique, ça va, les risques sont limités, je n’ai pas pris la décision de partir au Kamchatka en trottinette ! :o)

Mes prochains mois seront donc consacrés à :

  • Trouver un logement qui me plaise et qui convienne aux chats.
  • Etre gentille avec moi-même et retrouver un équilibre intérieur.
  • Partager plein de moments avec ma famille et mes amis qui sont adorables. J’ai tellement de chance d’être entourée de personnes fabuleuses !
  • Faire de la méditation et du yoga : euh, non, pas mon truc.
  • Prendre des bains et vivre en robe de chambre comme le Dude © The Big Lebowski. A condition d’acheter une robe de chambre et d’avoir une baignoire dans mon appartement.
  • Suivre mes envies et n’en faire qu’à ma tête. Ca, c’est le côté vraiment sympa du programme.
  • Crier, désespérer, pleurer, déprimer… et recommencer.
  • Ecouter de la musique débile qui me fait du bien.
  • Me débarrasser de toutes mes affaires que je trouve moches et ne garder que ce qui me procure « une étincelle de joie » © Marie Kondo.
  • Continuer à être une fille bien ! Parce que oui, je suis cool, sympa et facile à vivre.
Avec Lui, j’ai tout eu : l’amour, la joie, l’affection, la sécurité, la confiance et la tendresse, un endroit magnifique où couler plein de jours heureux, des voitures extraordinaires comme Silver Arrow, Black Beauty et Rari, des voyages en business class dans des palaces du monde entier, des plats délicieux car il cuisine comme un Chef et tant de souvenirs merveilleux ! C’est à tout ça que je renonce aujourd’hui pour reprendre ma route, la tête et le coeur lourds mais pleins de gratitude pour tout ce que Lui m’a apporté. La petite fille blessée que j’étais a grandi avec celui qui a su me guérir de mes peurs et je lui en suis reconnaissante à jamais ❤
Publié par :KoyangiBacalhau

4 commentaires sur “Se (re)construire

  1. Bonjour koyangi, comme je te comprends et partage ta peine, meme si en amour rien n’est impossible, rien n’est vraiment terminé, j’ai vécu plusieurs séparations avec le meme homme, à chaque fois c’était dé-fi-ni-tif et puis la vie ne voulait pas nous dissocier. Je sais à quel point ça fait mal, mais je sais aussi qu’à chaque fois je rebondissais, le temps est le meilleur médicament/allié. Et je ne sais pas pourquoi mais ton dernier article, etait « etre médium », et je sentais depuis quelques temps que tu n’étais plus avec lui, ou du moins qu’il y avait des complications, j’aurais préféré me tromper. Je t’envoie toute mon affection pour ces matins où on se demande si on a pas rêvé, pour ces soirées où on aimerait tellement se rafraichir de quelques mois et on réfléchit de trop. Bisous

  2. Hellooo, difficile épreuve que tu vas traverser mais je sens du positivisme dans tes écrits, c’est ce qu’il faut et c’est très bien. Je te souhaite du courage et le meilleur reste à venir 🙂

  3. Une vraie belle histoire, quand elle se finit, se finit par une belle séparation, où l’on n’abîme pas l’autre, où on le pousse tout doucement dans le dos vers une vie meilleure pour lui, même sans nous. Vous semblez avoir réussi ça.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s